Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Palmarès de Charles Deruyter (Bel)21 octobre 2018  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Coll. P. Weecxsteen

Coups de Pédales

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2018

     Classement UCI

     Calendrier 2018

     Coupe France 2018

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

Liens cyclistes

L'actualité

Ajouter aux favoris



 

Charles DERUYTER
né le 27 janvier 1890 à Wattrelos (France)
décédé le 25 janvier 1955 à St Servais (Namur)

Fils de tisserand, Charles voit le jour le 27 janvier 1890 à la frontière française, à Wattrelos, près de Roubaix, à quelques pas de l'endroit où devait s'élever plus tard le fameux vélodrome des Quatre-Villes. Encore adolescent, alors qu'il y avait 15 jours seulement qu'il avait appris à monter à bicyclette, il enlevait déjà sa première course, sur un vélo à pneus et 6m35 de développement  ! Ensuite les victoires se succédèrent. Entre 1908 et 1910, dans la catégorie des amateurs, il est sacré Champion du Nord en vitesse et en course de fond, Champion des 9 Provinces Belges devant 460 concurrents. Il remporta le Circuit d'Anden devant Heusghem, Mottiat et Thys. Il enleva également le Circuit du Limbourg, les épreuves à Hasselt et à Tongres. Il remporta le bouquet à Gembloux, à Spy, à Sombreffe, à Schaltin, à Auvelais, à Gosselies, à Jambes, à Saint-Servais, à Jemelle, à Andenne. Charles passa professionnel en 1911. Dès lors, il est, à juste titre considéré comme un des meilleurs routiers d'Europe. Coureur de valeur infatigable et dur à la souffrance, Charles brilla dans de nombreuses épreuves sur les vélos DEPAS, firme Namuroise qui joua un rôle en vue, dès avant la première guerre mondiale, dans l'industrie du cycle.

La renommée des cycles DEPAS d'abord construits à Beez, dépassa d'ailleurs nos frontières pour la bonne raison que les routiers les plus réputés, à savoir outre Charles, Philippe Thys, Aubain Dochain, Victor Linart, Chabard, Joseph Marchand, Félicien Salmon, Depiereux, Heusghem, Félix Sellier, Jammar, Lenoir notamment, firent partie des équipes qui défendirent avec succès, dans le calendrier national et international, le pavillon de l'importante usine. Dès 1909, les cycles DEPAS s'implantèrent à Seilles-Andenne et occupèrent 150 ouvriers.

Mais, revenons aux brillantes prestations de Charles. Dès sa première année en tant que professionnel, Charles se classa 2ème de Paris-Menin. Il fut également toujours redoutable sur piste. C'est ainsi qu'il termina, cette année là, 3ème du Championnat de Belgique de demi-fond.

En 1912, Charles remporta la victoire au G.P de Namur, se classa 2ème de Paris-Tours, 3ème de Milan-Modène, 7ème de Paris-Roubaix. Il prit part à la 10ème édition du Tour de France. 131 concurrents prirent le départ à Paris pour couvrir 5319 km répartis sur 15 étapes avec 14 jours de repos. Charles faisait partie de l'équipe PEUGEOT avec le Français Lucien Petit-Breton, Félicien Salmon, une autre gloire Namuroise, et ses compatriotes Philippe Thys et Marcel Buysse. Il portait le dossard n° 13. Lors de la 1ère étape entre Paris et Dunkerque (351 km) remportée par le Français Charles Crupelandt en 11h39'37", Charles se dressait à la 8ème place à 27'33" du vainqueur. La 2ème étape qui reliait Dunkerque à Longwy sur 388 km était enlevée par le Belge Odiel Defraye en 13h01'08". Charles franchissait la ligne d'arrivée en 12ème position à 42'37" de son compatriote. A Belfort, où était fixée la ligne d'arrivée de la 3ème étape, après 351 km, le Français Eugène Christophe coupait le premier la ligne d'arrivée après 11h04'54" de selle, devant Defraye qui avait franchi en tête le Ballon d'Alsace. Charles prenait une brillante 6ème place à 3'21" du vainqueur. Odiel Defraye prenait la tête du classement général avec 17 points. La 4ème étape reliait Belfort à Chamonix sur 344 km. A nouveau, Eugène Christophe franchissait le premier la ligne d'arrivée après 12h04'17" d'efforts. C'est à la 11ème place que Charles coupait la ligne à Chamonix à 40'52" du vainqueur. Son compatriote conservait la tête du classement général. Lors de la 5ème étape, les concurrents devaient escalader l'Aravis (1498 m), le Télégraphe (1670 m), le Galibier (2556 m) et le Lautaret (2058 m) pour rejoindre Grenoble, après avoir effectué 366 km. Après avoir franchi en première place les différents cols, Eugène Christophe ajoutait une 3ème victoire d'étape à son palmarès en 13h40'23". Charles coupait la ligne en 15ème position à 43'43" du héros du jour. Pas de changement à la tête du classement général. Le Français Octave Lapize enlevait la victoire de la 6ème étape Grenoble-Nice (323 km) en 12h09'27". Lors de cette étape, Charles était en tête et virtuel leader du classement général lorsqu'une chute l'arrêta dans la Turbie. Charles terminait toutefois dans un groupe à la 23ème place à 57'24". Odiel Defraye conservait la tête du général. A l'issue de la 7ème étape, après 334 km, victoire à Marseille du leader du classement général, Odiel Defraye, en 12h06'00". Charles se classait en 29ème position à 2h14' de son compatriote. Pas de modification à la tête du classement général. La 8ème étape conduisait les concurrents de Marseille à Perpignan sur 335 km. La victoire revenait à l'Italien Vincenzo Borgarello en 12h45'57". Charles se classait 28ème à 9" du vainqueur. Odiel Defraye occupait toujours la tête du classement général. Defraye allait encore se distinguer lors de la 9ème étape entre Perpignan et Luchon (289 km) en passant en tête au sommet du Col du Portet d'Aspet et du Col des Ares et il remportait, en solitaire, la victoire d'étape en 10h24'57". Charles terminait en 23ème position dans un petit groupe avec un retard de 48'03". Le vainqueur de l'étape renforçait sa place de leader du classement général. Lors de la 10ème étape entre Luchon et Bayonne (328 km), les concurrents devaient escalader le Peyresourde (1596 m), l'Aspin (1489 m), le Tourmalet (2115 m), le Soulor (1474 m) et l'Aubisque (1709 m). Le Belge Louis Mottiat enlevait la victoire en 14h19'15" en battant le Français Eugène Christophe. Charles terminait l'étape avec son compatriote Philippe Thys à la 12ème place avec un retard de 1h13'45". Odiel Defraye conservait la tête du classement général. La 11ème étape longue de 379 km entre Bayonne et la Rochelle était enlevée par le Français Jean Alavoine en 13h11'. Charles terminait avec les premiers et était classé 7ème ex-aequo avec son équipier Marcel Buysse. Quatre cent septante kilomètres étaient au menu de la 12ème étape qui reliait La Rochelle à Brest. Le Belge Louis Heusghem enlevait en solitaire l'étape en 16h07'39". Charles franchissait la ligne d'arrivée en 17ème position à 1h46'21". La tête du classement général était toujours occupée par Odiel Defraye avec 41 points. A Cherbourg, terme de la 13ème étape, Jean Alavoine enlevait la victoire après 14h45'16" de selle pour couvrir les 405 km. Notre champion, Charles, terminait à la 25ème place avec le gros du peloton à 20'44" du vainqueur du jour. Son compatriote occupait toujours la 1ère place au général. L'avant dernière étape reliait Cherbourg et le Havre sur 361 km. L'Italien Vincenzo Borgarello s'adjugeait la victoire en 12h32'01". Seize minutes et quarante quatre secondes après le vainqueur, Charles coupait la banderole finale en 36ème position à 55'09" du vainqueur. La victoire finale de cette 10ème édition de la Grande Boucle revenait à Odiel Defraye avec 49 points. Charles terminait à la 16ème place avec 255 points.

Dès son retour au pays, pour sa brillante performance sur le Tour de France, Charles était honoré par la Royale Ligue Vélocipédique Belge. Il reçut une médaille en argent gravée où l'on peut lire "Hommage du Comité Sportif à Charles Deruyter".

En 1913, dans l'équipe PEUGEOT, Charles s'illustrait brillamment dans Paris-Roubaix. Il prenait la 2ème place. Selon ce qu'on lui avait narré, son fils, Jean-Charles, nous a confié qu'à propos de ce fameux Paris-Roubaix, alors que son père était un spécialiste de la piste, il s'était contenté de la 2ème place derrière Faber qui lui avait soumis la proposition suivante : "A moi les lauriers, à toi le pognon !". Dans Bordeaux-Paris et Bruxelles-Paris, il se classait à la 7ème place.

Lors de la Grande Guerre, Charles était engagé comme volontaire dans l'aviation belge. Il y côtoya notamment l'aide de camp du Roi Albert 1er.

En 1916 et 1917, il participa à quelques courses dans l'Hexagone. Il remporta le Critérium du "Lyon Républicain", enleva le Circuit d'Orléans, Tours-Paris, battant Henri Pélissier, Eugène Christophe et Jean Alavoine, et Paris-Orléans.

En 1919, Charles enleva brillamment le classement final de l'éprouvant Circuit des Champs de Bataille à Paris, épreuve courue sur des routes rongées par quatre années de guerre et dans des conditions atmosphériques épouvantables. Cette épreuve comportait 2000 km répartis en sept étapes. Il devançait de deux heures le 2ème, son compatriote Urbain Anseeuw. Outre le classement final de cette épreuve qui était généralement considérée parmi les plus rudes de l'histoire du cyclisme routier, Charles décrocha la victoire de la 3ème, de la 4ème et de la 7ème étapes. Le Journal du 4 mai 1919 titrait : "Charles Deruyter a gagné la troisième étape Bruxelles-Amiens". A noter que le départ avait été donné à Bruxelles à 4h30' précises du matin. "Une course infernale. L'homme propose et... les éléments disposent. Notre grande épreuve du Circuit Cycliste des Champs de Bataille restera à jamais fameuse dans les annales du sport par les difficultés inouïes que les concurrents qui la disputent auront eu à surmonter pour la terminer. De Strasbourg à Luxembourg, vent, pluie, neige, grêle accompagnent nos vaillants routiers. De Luxembourg à Bruxelles, la tempête redouble et c'est sous une pluie torrentielle que les arrivées s'effectuent au Parc de Laeken. La 3ème étape sur le parcours Bruxelles-Amiens voit les éléments se déchaîner avec plus de violence encore. Les rafales de vent semblent clouer au sol les valeureux coureurs dont la volonté farouche ne se dément pas un instant. A Lille, le retard sur l'horaire était de plus de 3 heures et l'arrivée à Amiens, qui était prévue pour 15 heures ne s'est produite qu'à 23 heures, avec 8 heures de retard sur l'horaire. Comment décrire l'état des hommes qui ont terminé, comment dépeindre leur courage fantastique ! Le vainqueur Deruyter, un de nos meilleurs champions cyclistes a été porté en triomphe par la foule, il était dans un état physique lamentable. Les arrivées se produisirent ensuite à de longs intervalles. Combien de concurrents, combien de courageux va-t-il rester en course après une étape aussi dure, aussi déprimante ?". Il conquit également la victoire de l'épreuve des "Cent Miles" et réédita son exploit en 1920.

En 1922, il termina 4ème du Critérium des As. Dans l'équipe GURTNER-HUTCHINSON, en 1923, il remporta le Circuit du Limbourg. Il se classa 2ème du Tour des Flandres, 6ème ex-aequo du Championnat de Belgique et 7ème ex-aequo de Paris-Roubaix. Outre de brillants résultats sur la route, Charles s'est forgé un prestigieux palmarès également sur la piste. En 1913, Charles devenait à Paris recordman des 24 heures à l'Américaine, couvrant 883.490 km. En 1921, il remportait avec Marcel Berthet, les 6 jours de Bruxelles. L'année précédente, il était le héros à New-York, lors des 6 jours. Il remportat le Championnat d'Hiver (100 km) à Paris, devant Egg, Sérès et Godivier. Il enlevait le G.P de Bruxelles derrière motocyclettes, il remportait des courses derrière motos devant Miquel, Lavalade, Arthur Vanderstuyft, Bruni, Suter et Colombatto. Il enlevait la victoire des Six Heures de Paris, de Bruxelles, de Marseille. Il remportait la victoire sur les vélodromes à Lyon, New-York, Chicago, Rome, Turin, Milan et Paris.

Bref, il participait à plus de 400 courses différentes : individuelles, américaines, derrière tandem, handicap, poursuite, vitesse. En 1925, il enlevait encore l'Omnium Mondial. Charles Deruyter mettait, en 1928, un terme à sa brillante carrière de cycliste professionnel. Il revint ensuite à Namur où il reprit un magasin de vélos, chaussée de Waterloo à Saint-Servais. Il collabora notamment avec les cycles DEPAS, d'Henri Depas et SPLENDOR d'Armand Marlaire. Il prodigua des soins aux champions tels que Van Kempen, père et fils, Middelkamp, Champion du Monde, Crossley, Walthour, coureurs américains. Il se consacra au rôle d'entraineur-vélomotoriste de Stan Ockers, Verschueren, Lambrecht, Van Est, Ollivier. Bref, il ne cessa de promouvoir le sport cycliste et également le cycle motorisé.

Il n'hésita pas à contacter les Présidents et Membres des clubs cyclo-motoristes de la Province de Namur. Jugez plutôt : "A Messieurs les Présidents et Membres des Clubs de la Province. Sans aucune prétention, si vous jugez un intérêt pour votre société, je me ferai un plaisir d'assister à une de vos réunions, afin de converser avec les anciens et jeunes sportifs.
Motif : propagation du Sport cycliste et également l'avenir du Cycle motorisé. Toujours les bons souvenirs aux anciens. Veuillez croire, Messieurs, aux bonnes amitiés sportives. Charles Deruyter
"

Le 12 novembre 1950, Charles participait encore à la Ronde de la Fédération Motocycliste Belge, 1ère Coupe du journal "La Meuse" sur un engin de sa conception. Il y remportait la médaille d'argent. Quelques temps plus tard, il prêtait son concours à une démonstration de l'un de ces engins doté d'une surmultiplication de l'invention d'Henri Depas, alors que les vélomoteurs faisaient fureur. Aidée par le moteur, la pédalée démesurée de notre ancien champion, Charles, s'avéra plus rapide qu'une auto, départ arrêté, dans la montée de la chaussée de Louvain à Namur.

Le 24 janvier 1955, Charles rentrait du centre de Namur en vélo chez lui. Il était pressé de changer de tenue pour se rendre au Salon de l'Auto à Bruxelles. Hélas, un arrêt cardiaque devait lui être fatal. Lors de son enterrement, nombreux sont les ex-champions contemporains et amis venus rendre un dernier hommage au grand champion qu'était Charles Deruyter. On reconnaissait notamment Louis Mottiat, Philippe Thys, Sylvère Maes, Félicien Salmon, Albert Ernest (coureur entraîné par Charles). Son fils nous a livré une petite anecdote : "Outre ses qualités de routier et de pistard, Charles était reconnu dans le peloton comme un grand colombophile. C'est ainsi que lorsqu'il partait sur les courses, il emportait ses pigeons. A l'arrivée, il ne manquait pas de les lâcher  en ayant pris soin auparavant de leur confier ses résultats. Ainsi, ses proches étaient régulièrement informés de ses performances. Il transmit la passion des pigeons à son fils aîné".

Michel Noël avec les Archives de sa fille Annie et de son fils Jean-Charles

Grâce à l'aimable collaboration de sa fille, Annie Deruyter, qui nous a remis le document manuscrit de son papa Charles Deruyter, commencé le 1er décembre 1912, nous avons tenté de reproduire ce texte. Dans ce document, Charles Deruyter raconte de manière précise et détaillée, ses débuts dans le sport cycliste. A l'époque, l'obtention d'un vélo représentait un achat onéreux. Laissons-nous emporter au début du siècle dernier :

Commencé le 1er décembre 1912

Préface :
Actuellement âgé de 23 ans, je vais donner aux lecteurs ainsi qu'aux aspirants champions les passages, l'enfance, le début, l'entraînement et la conduite d'un coureur cycliste.

L'enfance :
Né le 27 janvier 1890 à Wattrelos (Frontière Mont-à-Leux) dans un café qui avait pour enseigne "Au Coin Fleuri", dont beaucoup de personnes ont connaissance du lieu (près du nouveau pont de l'annexe de la gare de Tourcoing). Mon père fut colporteur. Il était belge, d'une taille assez grande, fort de corpulence. Il fut canonnier à Anvers. Ma mère était plus petite, bien remplie et assez forte, c'est donc d'une espèce raisonnable que je deviens. Je fus dès mes premières années très nerveux, je ne songeais que courir les champs et les rues, jouer aux fraudeurs, aux douaniers, c'est-à-dire à tous les jeux donnant le grand air et beaucoup de mouvements. Sitôt que je fus en âge pour rentrer aux écoles, je fus envoyé aux écoles de la Croix Rouge. J'avais 20 à 25 minutes pour m'y rendre. Pour vous avouer franchement, je n'avais pas grand goût aux études, je songeais beaucoup plus au grand air, à jouer et, plus d'une fois, je fis l'école buissonnière afin de pouvoir me divertir en plus de mes heures de récréation.

Enfin, après quelques années d'études, tant bien que mal, j'arrive à l'âge de 7 ans où j'ai vu pour la première fois une course de vélos qui fut Paris-Roubaix. Voici comment mon frère fut comme moi très amateur de sport. Lorsqu'un jour les journaux font grand bruit concernant une course cycliste intitulée Paris-Roubaix, je n'avais pas assez d'yeux, ni d'oreilles pour écouter ce que l'on racontait à propos de cette fameuse course. Je risquai de faire la demande à mes parents afin que l'on me donne la permission d'accompagner mon frère pour assister à l'arrivée. Ce qui me fut accordé. Le jour de fête arrivât et je m'en fus à pied accompagner mon frère et un ami, voir arriver les coureurs. Après avoir accompli 8 kilomètres à pied et attendu quelques heures, nous voyons arriver un coureur, si j'ai bonne souvenance du nom de Rivierre, et d'autres plein de poussière et de boue.

Des semaines durant, on se racontait la course et nous ne ménagions pas notre admiration pour de tels hommes qui, en vélo, venaient de faire 300 kilomètres, sans manger ni boire, c'est ce que je croyais. Enfin, quelques années passèrent et chaque fois à Pâques, je ne manquais pas d'aller jusqu'au Parc Barbieux pour applaudir les hommes de force qui accomplissaient une si dure tâche. Enfin, mes parents me voyant si endiablé pour toutes ces choses et croyant me changer en goût d'étude, me placèrent dans un pensionnat où du matin au soir nous avions nos livres en main. Ainsi, j'aurais donc cessé de songer aux sports.
Mais dans les études, il y a aussi des récréations. Aussi comme j'étais à la campagne, c'est à dire à Dottignies, nous avions beaucoup d'air et aussi des prairies, campagnes, etc... Il arrivait parfois que l'on nous fasse faire des mouvements. Je rêvais que nous participions aux courses. Ainsi, nous entrions tous dans la prairie et l'on nous donnait le signal du départ : nous partions en courant de toutes nos forces et plus d'une fois, je battis des écoliers beaucoup plus forts et plus âgés que moi.  Enfin, après trois années de captivité, je pus enfin rentrer, après bien des demandes adressées aux parents qui me formulaient toutes sortes de promesses. Je pus revivre au foyer. Alors ce fut la question de savoir quel apprentissage ils allaient me faire faire. Moi, je me permis de donner mes idées. Je leur dis que je ferais du vélo.

Mon père qui ne voulait entendre causer de cette maudite bicyclette, devint furieux (je crois que le seul motif du refus est qu'il ne pouvait pas en usage). "Non, me dit-il, tu feras ce que l'on te dit et tu deviendras menuisier-ébéniste". Je fus mis comme apprenti menuisier mais j'avais autre chose à faire que raboter. J'avais la maladie du vélo, rien d'autre. Ainsi, mon patron possédait une bicyclette. Sitôt qu'il y avait une course, il me la prêtait et je partais joyeux. Un beau jour, je laissai le rabot en place et je partis seul parcourir les fabricants de cycles de la ville. Voilà que la chance me sourit. Je trouve chez un marchand de cycles une place où je réaliserais mon rêve.

Je dois vous dire que ce constructeur travaillait aussi la poêlerie. Je retourne chez moi et lorsque j'eus dit à ma mère, huit jours après mes débuts, que j'étais au travail chez un "poêlier" car j'avais gardé de ne pas dire que l'on y travaillait des vélos, elle vint me voir. Comme mon patron n'avait que les louanges à donner, elle me laissât continuer, après hésitation, le métier tant désiré. Si bien que je suis resté deux ans dans cette usine. Afin de me rapprocher de chez moi et d'avoir une augmentation de salaire, je m'en fus travailler à Mouscron où nous ne faisions que des vélos et des machines à coudre. Là, comme le patron était contremaître-mécanicien, je faisais le vélo selon ma volonté et ce qui m'amenait de légers pourboires. Je les mettais de côté afin de songer à faire, pour mon propre compte, une bicyclette.

Je dois donner ici un passage qui est intéressant dans une carrière de cycliste : en ce temps-là, la modeste ville de Mouscron ne possédait pas encore de nickelage, ni d'émaillage. Lorsque des ouvrages étaient urgents, je partais par une route pierreuse et je me rendais, à vélo, à Ypres (Flandre Occidentale qui est à 20 kilomètres de Mouscron, avec quelques cadres et guidons sur le dos. J'effectuais le trajet aller-retour en quelques heures. Je poussais un vélo qui n'était sûrement pas ma bicyclette actuelle, qui devait peser environ 17 kilos, muni de pneumatiques montables de 42 mm de diamètre et ce que je supportais très bien. Donc, je me résolut alors de faire tout ce que je pouvais afin d'obtenir la permission de posséder un vélo afin que je puisse rouler et aller où bon me semble. Alors ce fut la catastrophe chez moi. "Jamais au grand jamais" me dit le père "Tu te feras mourir avec vilain outil et d'ici quelques mois nous aurons pour toute consolation de venir pleurer au cimetière". Enfin, je ne me tins pas pour battu.

Lorsque je me retrouvais seul, en compagnie de ma mère, j'en causais et j'en pleurais même. Or, un jour, l'on me dit : "Après tout, nous n'avons pas d'argent à jeter pour un vélo". Alors je leur fis faire la promesse que si je parvenais par mon labeur à mettre l'argent de côté, je pourrais faire l'achat de l'outil. J'étais sauvé. Non, pas tout à fait. Je partais dès lors tous les jours, matin et soir. Je travaillais dur. Le dimanche beaucoup d'ouvriers venaient faire leurs réparations, vu que la semaine, ils allaient travailler dans les usines françaises et ils n'avaient gère le temps. Je partais donc, le dimanche, comme les autres jours au travail et toutes ces heures étaient mon bénéfice. Je cherchais à en faire le plus possible. Je me disais, aujourd'hui, j'ai gagné une jante, un autre jour, une enveloppe puis les rayons, le cadre et enfin, j'eus la somme convenable pour le vélo.

Il fallait obtenir de nouveau la permission pour pouvoir en faire l'achat. Cette permission me fut accordée par mon père, à condition d'avoir comme bicyclette un vélo de fatigue route. Me voilà donc joyeux. Après huit jours, je fus en possession de ce que je rêvais depuis bien des années. Je fis alors du vélo, pensez-vous, tous les jours. Trois semaines après, pour l'inauguration du nouveau pont, on organisa dans le quartier deux courses cyclistes, une course le dimanche et une autre le lundi. Sans rien dire aux parents, je m'en fus, le dimanche, m'engager dans la course. Quelle ne fut la stupéfaction de mes parents, de voir arriver dans le peloton, leur fils, une pancarte sur le dos. Comme le père était de la fête, il a donc dû ce jour-là, montrer le poing dans la poche de sa culotte. Le lendemain, je fis comme le jour précédent, je pris part à la course et pour vous dire mon classement, je vous dirais que malgré un bon nombre de coureurs, je me classais la 1ère fois second et la 2ème fois premier. J'avais des pneus démontables de 38 mm et je poussais 24x8 ce qui fait 6,60 m. Le dimanche suivant, ayant appris par les journaux qu'il se courait une course Roubaix-Quesnoy-sur-Deule, 35 kilomètres, j'y pris part. Je me classais 6ème malgré une chute, sur 35 partants.

Enfin, mes parents avaient remarqué mon classement, ce fut de nouveau la guerre à la bicyclette ! Le dimanche suivant, mon père enferma donc mon vélo et croyant de cette façon que je serais forcé de ne plus prendre part à toutes les courses cyclistes. Mais devant la destinée, aucune force n'arrête l'homme et j'empruntai le vélo d'un ami. Demandant l'autorisation de m'absenter au patron à midi, je quittai le travail et je pris part à Roubaix-Quesnoy. Pour la seconde fois, je termine 8ème, ayant mis tout mon courage. Je fis encore d'autres courses qui me donnèrent d'assez jolies places. Mais, croyant avoir un matériel inférieur aux autres, je pris une décision. Car, me voyant handicapé à cause de mon vélo, je résolus de faire une seconde épargne pour la fine routière. Après presque un an de labeur, j'avais l'argent nécessaire pour la construction de ma 2ème machine. C'était une machine avec tubes (boyaux).

Me voyant beaucoup à l'ouvrage, mes parents qui me croyaient avoir renoncé aux précédents projets, étaient heureux et plus d'une fois, ils me donnaient des gratifications pour mon labeur lequel ne devait servir que pour la machine. Voilà ma bicyclette construite. J'essayai mon vélo et plus d'une fois, je partis à l'entraînement avec mes amis qui me déposaient en cours de route. Je dois dire que le vélo ne venait pas chez moi. Or, un beau jour, je pris part à la course Croix-Quesnoy-sur-Deule, 30 kilomètres. Sur 28 partants, je terminai 4ème. La seconde course fut Santes-Bethune, 66 kilomètres, avec 90 partants, avec tous les champions amateurs libres. Je terminai 5ème à 5 mètres du premier, ayant fait une chute aux 300 derniers mètres. J'étais fougueux et j'ai pris, par mon manque de sang froid et de prudence, plus d'une chute. Nous voici au moment où je commençais à me montrer. Je courus Looz-La Bassée, 90 km, où je terminai 1er, ayant environ 200 mètres sur le second. Vous trouverez peut-être étrange que je puisse courir ces courses sans que ce soit ignoré chez moi.

Voici comment je procédais. Je ne courais pas une seule course plus rapprochée de 15 à 20 km, et sous un nom qui n'était pas le mien. Ainsi, le premier nom que je pris, fut Gobert. Donc, je quittais le matin de chez moi pour me rendre à l'usine, et je quittais l'usine après le déjeuner, à midi, et à deux heures, j'étais prêt au départ des courses que je vais appeler courses de sous-débutants. Mais, la tentation me faut offerte de courir une course de vitesse à Roubaix que je gagnais. Me voilà avec les fleurs et entraîné par des amis, je rentrai chez moi avec ma bicyclette de course. Mon père, je vous assure, me reçut mal sitôt les amis partis. Pour cadeau, il prit un fort canif et coupa les deux pneus, ensuite il enfermât mon vélo. Après des pleurs, je résolus de m'en emparer coûte que coûte et je profitais d'un moment d'inattention pour quitter la maison avec le vélo. Je le cachais chez une de mes tantes. Le dimanche suivant, je courus le Championnat de la Ligue Vélocipédique du Nord, avec 50 partants. Enfin, pour clôturer la saison, car j'eux ma bicyclette au mois d'août, je fis un match avec le vainqueur des épreuves amateurs, qui a été un des plus brillants amateurs belges, et je gagnais au sprint. Enfin, à notre propre compte, mes parents se décidèrent de me laisser faire à ma guise.

Je me préparais donc très fort pour la saison 1908 où je connus deux professionnels de Tourcoing qui me donnèrent quelques bonnes leçons dont je profitais. Sitôt l'ouverture de la saison, je gagnais. Je gagnais donc dans cette saison les courses amateurs libres, le Circuit de Roubaix, le Circuit de Tourcoing (courses pour coureurs professionnels, amateurs, débutants), le Circuit de Messin devant des coureurs professionnels (Helques, Masselis, d'Hulst, Wancour, Debaets, etc...). Après, j'ai été victorieux des courses de Gueluwe, Mouscron, KeckemCuesne, Harlebeek, Courtrai. Ayant un début de saison victorieux, je résolus de monter en grade et je devins licencié amateur belge. Je pris part au Tour des Flandres, l'ouverture de Morselede, derrière Delcroix Emile en vitesse, où je terminais 2ème derrière René Vandenberghe. Ensuite, je gagnais les 30 et 40 km au vélodrome de Verviers. Je terminais 2ème du G.P de Verviers derrière André Trousselier. Je pris part au Tour de Belgique 1908. Ayant été malchanceux, je dus abandonner à cause d'une terrible chute, à Tirlemont, à 60 km de l'arrivée. Je terminais la saison par le Championnat du Nord, que je gagnais devant les meilleurs hommes du sprint amateur. La saison hivernale me força à quitter l'outil tant regretté. J'aspirai aux beaux jours.

Je repris le vélo pour la saison 1909. Embauché par une maison de Bruxelles, je quittais tout travail de mécanique et je m'attaquais au vélo, à la préparation des courses. Je pris part en saison 1909 au petit Brevet touriste du Brabant. Je couvris les 45 km en 1h22, ayant 5'1" d'avance sur Deblauw qui était second. Huit jours plus tard, je gagnais Bruxelles-Bruges, 100 km, 80 points, le 18 avril. Ensuite, je gagnais le G.P Van Houwaert, le 25 avril, puis l'ouverture Franco-Belge, Menin-Baradies. Je fus alors blessé, ce qui arrêta les jours victorieux. Je fis ensuite un match avec Deman que je gagnais. Le 13 juin, je courais à Bruges puis le 14 juin, le match Franco-Belge au Menimois (Menin). Le 20, je courus les 25 km et la course d'élimination que je gagnais au Linthout à Bruxelles. Le 18 juillet, je pris part au Tour du Limbourg où je terminais 9ème. Le 21, se fit la revanche du match Deruyter-Deman, que je regagnais. Puis, je gagnais l'ouverture du vélodrome des Quatre-Villes à Wattreloos, devant Doutreme, Jurich, Dehague, Denan, etc... Au mois d'août, je courus les Six Heures de Louvain. Je terminais 2ème à 10 centimètres du premier. Je terminai la saison en gagnant le G.P de l'Etoile Belge et le G.P de la revue sportive illustrée, devant le champion de Belgique, au Karreveld.

La saison close, je m'engageai pour l'année suivante, pour les cycles DEPAS. Dès lors, il me fallait être victorieux partout. Pourtant, la saison 1910, je débute le 27 mars en arrivant 2ème de Bruxelles-Liège. En avril, je gagne les 80 km à Louvain, ayant pris toutes les primes et la finale. En juin, je gagnais à Tournai, le Championnat des Champions, Gand-Bruxelles, 460 points, puis le Circuit du Limbourg, 170 kilomètres. En juillet,Gosselies-Namur, 170 km, puis la course de vitesse et de fond par équipes, Thys-Deruyter à Erquelinnes. En août, le 5 août les 100 km de Louvain, le 20 août à Saint-Servais, le 27 avril les 50 km à Gembloux. Au circuit d'Andenne, ayant pris 26 mn d'avance sur mes plus proches concurrents, Heusghem Louis, Thys, Mottiat, Matagne, etc... Enfin, avec regret, on voit la clôture de la saison.

On attend alors la saison 1911 et je décidais à devenir stayer. Je pris comme entraîneur Mevéjans Maurice de Tourcoing. Je fis donc mes débuts sur les vélodromes. Je terminai 3ème de Milan-Modène, 290 km sur des routes inconnues. Maintenant, je suis dans la saison d'hiver et je ne puis pas continuer ma carrière cycliste, espérant que je n'arrêterais pas le récit de mes victoires et en attendant la saison prochaine, je vais vous donner la façon dont je m'entraîne.

Michel Noël avec l'aide d'Annie et Jean-Charles, les enfants de Charles Deruyter.

1908
14ème de Liège-Bastogne-Liège amateur
1909
6ème de Liège-Bastogne-Liège amateur
1911
2ème de Paris-Menin
3ème du Championnat de Belgique de demi-fond
1912 - Peugeot
1er du G.P de Namur
2ème de Paris-Tours
3ème de Milan-Modène
7ème de Paris-Roubaix
8ème de Paris-Menin
16ème du Tour de France (dossard 13)
- 6ème de la 3ème étape
- 7ème de la 11ème étape
- 8ème de la 1ère étape
1913 - Peugeot
1er du Bol d'Or de Jupille avec Oscar Egg
2ème de Paris-Roubaix
7ème de Bordeaux-Paris
7ème de Bruxelles-Paris
1914
Abandon aux 6 jours de Paris avec Robert Walthour sénior
1916
1er du Critérium du "Lyon Républicain"
1er du Circuit d'Orléans
1er de Paris-Orléans
1917
1er de Tours-Paris
3ème de Trouville-Paris
1919
1er du Circuit des Champs de bataille
- 1er de la 3ème étape
- 1er de la 4ème étape
- 1er de la 7ème étape
- 3ème de la 6ème étape
- 7ème de la 5ème étape
- 9ème de la 2ème étape
1er des "Cent Miles"
Abandon aux 6 jours de New York avec Maurice Brocco
1920
7ème des 6 jours de New York avec Emile Aerts en novembre
1921
1er des 6 jours de Bruxelles avec Marcel Berthet
5ème des 6 jours de New York avec Piet Van Kempen en décembre
1922
3ème des 6 jours de New York avec Maurice Brocco en mars
4ème du Critérium des As
Abandon aux 6 jours de Paris avec Piet Van Kempen
1923 - Gurtner-Hutchinson
1er du Circuit du Limbourg
2ème du Tour des Flandres
6ème du Championnat de Belgique
7ème de Paris-Roubaix
Abandon au G.P Wolber
1924
3ème des 6 jours de Paris avec Pierre Sergent
1925
1er de "l'Omnium Mondial"
6ème des 6 jours de New York avec Gaetano Belloni (du 31/12/24 au 05/01/25)
Abandon aux 6 jours de Paris avec Robert Grassin


Merci à son fils, Jean-Charles Deruyter.


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 2/02/2013 à 8:46

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2018 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126