Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Portrait de Camille Leroy (Bel)20 novembre 2018  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Coll. P. Weecxsteen

Coups de Pédales

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2018

     Classement UCI

     Calendrier 2018

     Coupe France 2018

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

Liens cyclistes

L'actualité

Ajouter aux favoris



Camille LEROY
né le 27 avril 1892 à Namur
décédé le 13 août 1952 à Cortil-Noirmont

Camille Leroy voit le jour le 27 avril 1892 à Namur. Adolescent, Camille s'intéressa déjà aux vélos. C'est ainsi que plus tard, Camille s'installa d'abord au 12 rue de la Monnaie à Namur pour tenir un magasin de cycles. Dans son commerce, on pouvait y lire :
"SOULIERS CYCLISTES CAMILLE LEROY (BREVETÉ) Le meilleur, le plus pratique, le moins cher par sa solidité et son fini irréprochable. Immense succès pour les coureurs et touristes, plus de perte de temps, en cours de route, par la rupture des lanières. Les souliers collent aux pieds comme des bottines. Demandez l'agence pour votre région. Dépositaire et agent général Camille Leroy - Namur, 12, rue de la Monnaie, 12, Namur"

Ensuite, il prit ses quartiers un peu plus loin, successivement de 1920 à 1922 rue Emile Cuvelier et ensuite au 134 rue de Bruxelles. De petit gabarit, identique à celui de l'un de ses contemporains, le Namurois Félix Sellier, Camille passa en 1919 chez les professionnels. Cette année-là, Camille s'illustra notamment à Liège-Bastogne-Liège où il se classa à la 5ème place. Ce fut l'une des "Doyennes" les plus effroyables de l'existence. La course fut disputée sous le déluge. A l'arrivée, les commissaires dénombrèrent 5 arrivants, tous les autres participants avaient abandonné, suite aux conditions de courses dantesques. La victoire revint à Léon Devos. Camille prit part à Paris-Roubaix. Porteur du dossard 68, il ne put rallier Roubaix. Au Tour de Belgique, Camille se classa 25ème de la première étape, Bruxelles-Gand, 26ème de la deuxième Gand-Liège, 12ème de la troisième Liège-Luxembourg, 17ème de la quatrième Luxembourg-Namur et 8ème de la dernière étape Namur-Bruxelles. Petite anecdote, lors du tour de piste final à Bruxelles, Camille réalisa le 8ème temps en 42 secondes. Verdickt, qui fut le plus rapide, boucla, lui, le tour en 39 secondes. Au classement final remporté par Emile Masson père, Camille se classa 12ème. Il prit part à la première édition du Circuit des Champs de Bataille, épreuve courue sur 2000 kilomètres, disputée sur 7 étapes et remportée par le Namurois d'adoption, Charles Deruyter. Porteur du dossard 16, Camille y réussit d'honorables résultats : 35ème de la première étape Strasbourg-Luxembourg, 28ème de la deuxième étape Luxembourg-Bruxelles, 29ème de la troisième étape Bruxelles-Amiens. Camille prit le départ de la quatrième étape Amiens-Paris, sous réserve d'enquête ultérieure, ayant paraît-il omis de signer un contrôle lors de l'étape précédente. Il fut toutefois autorisé à continuer la course. Au terme de cette quatrième étape, il se classa 11ème. Il se classa 16ème de l'étape suivante Paris-Bar le Duc. Au cours de la 7ème et dernière étape, Jean Alavoine et Camille Leroy se relayaient et mettaient le paquet si bien qu'ils étaient parvenus à se rapprocher à 300 m à peine de l'homme de tête, Charles Deruyter. Mais, à ce moment de la course, Camille fit une chute et perdit le contact. Il termina 5ème de cette étape au cours de laquelle il décrocha 100 francs. Au classement final, Camille se classa 16ème.
Lors du Championnat de Belgique, remporté par Jean Rossius, Camille fut à nouveau contraint à l'abandon car, après avoir subi des crevaisons, il ne disposait plus de boyaux. Il se classa 3ème du G.P Faber, épreuve courue au Grand Duché du Luxembourg. Il termina 7ème du Circuit de la Basse Sambre, remporté par Charles Haidon, 9ème de Liège-Malmedy-Liège remporté par Rossius, 3ème de Bruxelles-Raccourt remporté par Rossart et 6ème à Wanze.
Il engrangea aussi de brillants résultats sur la piste : ainsi au vélodrome de Beyne-Heusay, il se classa 4ème des 75 km, y remportant un match poursuite avec Henrosay. Au vélodrome de Mons, il se classa 3ème de la course à l'américaine avec Hubert.

En 1920, Camille ne fut guère, une fois de plus, favorisé par le sort. C'est ainsi qu'il dut abandonner au Tour des Flandres, à Paris-Roubaix, au Tour de Belgique alors qu'il s'était classé 26ème de la première étape Bruxelles-Gand et 9ème de la deuxième étape Gand-Liège, au cours de laquelle il faisait très chaud. Un peu avant Lanaeken, Camille s'arrêta et entra dans une maison pour boire et Van Lerberghe l'imita peu après. Il abandonna aussi au Championnat de Belgique et à Paris-Bruxelles. Il réalisa néanmoins quelques résultats honorables : 2ème du Circuit de la Basse Sambre, 23ème de Vilvorde-A l'Yser-Vilvorde, 17ème de Liège-Bastogne-Liège, remporté par Léon Scieur, 4ème des cent kilomètres de Namur, 7ème à Jemeppe, 5ème de la course de vitesse à Saint-Servais, 7ème ex-æquo avec Despontin et Thys du G.P de Mellet. Il continua à participer à des compétitions sur piste. Il se classa 2ème, avec Barthélémy, de l'épreuve à l'américaine au vélodrome de Mons, épreuve qui fut remportée par la paire Duray-Vlaeschaet, 6ème avec Lejeune des cinquante kilomètres à l'américaine au vélodrome Belle Vue à Liège, épreuve remportée par la paire Blaise-Beyl et 7ème de l'épreuve des trente kilomètres. Il terminera 4ème avec Trouvé des septante kilomètres à l'américaine au vélodrome de Huy. Au vélodrome de Moustier, il enleva, avec son équipier Collet, de façon inattendue, la victoire des Six Heures à l'américaine en deux manches. Au cours de cette épreuve, ils réussirent à prendre un tour à tous les autres concurrents. La paire Benoit-Sellier prenait la deuxième place. Il se classa encore à Moustier, 4ème avec Sellier des deux épreuves de deux heures à l'américaine. Il y remporta avec Félix Sellier et Léon Despontin, une équipe typiquement namuroise, la course poursuite. Au G.P Marchand, toujours à Moustier, remporté par Félix Sellier, Camille se classa 4ème. Il enleva avec Putseys et Maquoi la course poursuite, en dix tours, au vélodrome de Huy.

Camille Leroy, au cours de la saison 1921, engrangea de brillants résultats. Il prit part au Championnat de Belgique de cyclo-cross où il se classa 22ème. Par ailleurs, Camille remporta, sur route, le G.P de Namur. Il se classa 7ème ex-æquo avec 8 autres coureurs, dont Sellier et Despontin, de Liège-Bastogne-Liège remporté par Louis Mottiat, 23ème du Tour des Flandres où il n'eut pas de veine. Ayant tenu le peloton jusqu'à Courtrai, il eut un accident de machine, puis creva. Il termina 6ème de Paris-Dinant, remporté par Marcel Buysse, 4ème de Retinne-Marche-Retinne, 44ème de Paris-Roubaix remporté par Pélissier.
Camille participa à nouveau à des réunions sur piste. Il enleva, avec Bailey, la course à l'américaine courue sur cinquante tours au vélodrome de Huy, il se classa 3ème au vélodrome d'hiver à Paris. Il connut à nouveau la malchance lors du Tour de Belgique. Pourtant, au départ de la deuxième étape, Camille avait connu les honneurs du premier dossard. Il ne s'y attendait pas. Il était près de quatre heures et demi quand il s'amena. Il prévoyait plutôt une attrapade "maison". Il glissa sentencieusement "si la veine voulait que j'arrive le premier à l'étape, sans m'en douter, ce serait drôle évidemment". Alors qu'il avait terminé la 4ème étape Luxembourg-Namur, à la neuvième place et qu'il occupait au classement général une honorable 12ème place, Camille dut mettre pied à terre lors de l'étape suivante, Namur-Bruxelles. Il craignait dès lors que l'on mit sa valeur en doute. Que le crack Namurois se rassure, il n'en fut jamais question ! Il se classa 3ème du Circuit des cent kilomètres à Salzinnes. Poursuivi une nouvelle fois par la malchance, il ne put achever Paris-Brest ni Paris-Bruxelles. Il prit part à la Grande Boucle dans la catégorie des coureurs de 2ème classe, porteur du dossard 181. Dans cette catégorie dite "des isolés", le coureur ne pouvait compter que sur lui-même. Il n'avait ni directeur sportif, ni dépannage, ni ravitaillement organisé. Et le soir, à l'étape, ces "sans grades" entretenaient encore le vélo des professionnels privilégiés. Il n'était pas rare de voir Camille, pour subvenir à ses besoins, offrir ses services de mécano aux autres coureurs après l'arrivée et pendant les journées de repos. Lors de l'édition 1921 de la Grande Boucle, Camille réalisa une brillante performance. En effet, il rallia Paris, se classant à la 8ème place au classement final à 7h56'27" du vainqueur, un autre grand champion du Namurois, Léon Scieur et 3ème au classement final des coureurs de deuxième classe derrière Leenaers et Léon Despontin. Sur les quinze étapes, Camille réalisa la performance, alors qu'il courait dans la catégorie des coureurs de deuxième classe, de se classer à quatorze reprises dans les vingt premiers du classement de l'étape. Lors de la dixième étape Nice-Grenoble (333 km), il se classa 9ème à 39'34" du vainqueur, Léon Scieur et lors de la onzième étape Grenoble-Genève (325 km), il termina à la 8ème place à 7'42" du vainqueur, Félix Goethals. A l'arrivée de la dernière étape, au Parc des Princes, à Paris, il prit la 10ème place dans le même temps que le premier, Félix Goethals. Et pourtant, une nouvelle fois, il ne fut pas épargné par la malchance.
"Les Sports Illustrés" de l'époque, montraient Camille Leroy malchanceux, terminant une étape au pas de course, son vélo brisé sur l'épaule. Au cours de cette édition de la Grande Boucle, nous avons pu recueillir quelques nouvelles de Camille Leroy par l'intermédiaire du magazine "Vélo Sport" et du journal "Vers l'Avenir" :

"Le 07/07/21 : le Namurois Leroy est toujours bien portant, et ne parle de rien moins que de gagner la "seconde classe". Il est en 2ème position et ses 3/4 d'heure de retard sur Sellier ne l'effraient guère.

Le 08/07/21 : le Namurois Leroy me raconte qu'il a fait une chute dans la descente du col d'Aspet, ce qui l'a quelque peu handicapé mais qu'il a toujours bon pied, bon œil
".

Le journal "Vers l'Avenir" titrait : "LEROY et DESPONTIN dans le Tour de France"
Les lignes suivantes sont de "l'Auto". On y trouvera l'appréciation que notre confrère Français a émises, après la sixième étape, sur nos concitoyens Leroy et Despontin : "Et nous sommes ainsi arrivés aux as de la seconde classe : Leroy, Despontin, Sellier, Belvaux et Javaux. Je ne connais point encore Leroy qui n'a que deux heures de retard sur Scieur et une heure seulement sur Barthélémy. C'est curieux, il me fait l'effet d'une sole, dont la robe s'harmonise si bien avec le sable où elle se cache qu'on ne la distingue pas. Leroy ne se distingue pas rien que par sa place de second dans le classement général de sa catégorie (nous sommes au soir de la 6ème étape Bayonne-Luchon). Despontin est toujours dans le lot de tête et je pense qu'il va fort améliorer son classement".
Le classement des coureurs de deuxième classe après la 6ème étape :
1 – DESPONTIN : 96h59'32"
2 – LEENAERS : 97h01'36"
3 – LEROY : 97h42'40"

"Le 16/07/21 : Camille Leroy, qui fait le Tour sur une bicyclette Daring de l'excellent M. Croix m'assurait par un clin d'œil de son remarquable état. J'ai malheureusement brisé un cale-pied samedi, sans cela, j'aurai été du peloton de tête à l'arrivée".

"Le 24/07/21 : Leroy qui s'amène conduisant sa jolie petite bicyclette Daring dit à Despontin : Les 2ème classes Belges sont encore plus épatants que les premiers. Ils sont en tête tandis que les autres ont laissé prendre la troisième place à un "Français". C'est évidemment à Camille Leroy que nous devons ce succès répondit Despontin".

Remerciements de Camille LEROY par l'intermédiaire du journal "Vélo Sport" :
"Nous avons reçu une lettre de Camille Leroy qui nous prie d'être son interprète auprès des sportsmen Namurois pour les remercier du chaleureux accueil qui lui a été réservé à son retour du Tour de France. Des milliers de supporters assistaient à la réception organisée par le club Namurois et les "spartiates" encadrés de plusieurs fanfares et c'est couvert de fleurs que le champion de Namur a fait l'entrée triomphale dans sa bonne ville natale. Leroy a été longuement à la peine, il n'est que juste qu'il ait été chaleureusement récompensé mais ses admirateurs peuvent être certains qu'il n'oubliera pas de sitôt la belle manifestation mise sur pied en son honneur".

Lors de l'épreuve "Le Petit Tour de France", au Parc des Princes, à Paris, remportée par Barthélémy, Camille se classa 7ème ex-æquo avec trois autres coureurs. Aux cent kilomètres d'Anvers, devant 5000 personnes, Camille Leroy se classa à la 11ème place. L'épreuve fut remportée par Barthélémy.

En 1922, Camille entama sa troisième année chez les professionnels. Outre la piste, il s'adonna également au sport cycliste dans les labourés. Il se classa 18ème du Championnat de Belgique de cyclo-cross. Sur route, il termina 5ème ex-æquo avec 14 autres coureurs du Tour des Flandres, remporté par Léon Devos. Il participa au Tour de Belgique, où il abandonna lors de la 3ème étape alors qu'il s'était classé 9ème de la première étape et 26ème de la deuxième étape. A Liège-Bastogne-Liège, au Championnat de Belgique et à Paris-Bruxelles, il fut également contraint d'abandonner. Il se classa 7ème à Marchienne devant 2500 personnes, 9ème au Critérium des Deux Flandres. Il se présenta au départ du Tour de France, dans la catégorie des coureurs de 2ème classe, portant le dossard 167. Il ne put rallier Paris. Victime d'une chute lors de la première étape, Paris-Le Havre, qu'il avait terminée en 47ème position, il devait jeter l'éponge au cours de la troisième étape Cherbourg-Brest. Il remporta, à Salzinnes, le Circuit Georges Macquet couru sur cent kilomètres, ex-æquo avec Léon Despontin. Cette épreuve semble avoir été émaillée par des incidents. Ces faits sont rapportés par "Vélo Sports" de l'époque :
"Des incidents s'étant produits à Salzinnes, le comité sportif, après enquête, a conclu que la plupart des coureurs n'avaient pas défendu régulièrement leur chance et s'étaient même moqués du public. Il a donc annulé purement et simplement l'épreuve, prenant en outre les sanctions suivantes :
1 – Faire restituer les primes gagnées irrégulièrement par Leroy, Despontin et Nyssen et d'en repartir le montant entre les autres coureurs.
2 – D'infliger une amende de cinquante francs à chacun des coureurs Leroy et Despontin pour avoir, au sprint, franchi la ligne d'arrivée en se tenant par la main.
"
Mécontent, Camille jugea bon de protester auprès de la Ligue Vélocipédique Belge :
"Camille LEROY proteste à la Ligue Vélocipédique Belge"
"Je proteste contre l'accusation de m'être moqué du public et de ne pas avoir couru loyalement. La preuve, c'est que j'ai lâché plusieurs fois mes concurrents ! Même au dernier tour, je suis parti dans la côte et j'ai fait le tour absolument seul ! Ce n'est qu'à deux kilomètres de l'arrivée que Despontin a recollé : c'est alors que nous avons franchi la ligne d'arrivée en nous tenant par la main. Etant deux Namurois, nous n'avions pas cru mal faire" C'est malheureusement le Comité Sportif qui est le seul juge dans cette affaire et c'est à lui que Leroy a dû faire ses doléances. Les écrits de l'époque ne relatent pas la suite réservée à cette affaire.
Il participa aux épreuves sur piste. Au vélodrome de Moustier, à l'épreuve des 50 km à l'américaine, remportée par la paire Haidon-Joseph Marchand, le régional, Camille se classa 5ème place avec un autre Namurois Benjamin Javaux.
Toujours avec Benjamin Javaux, Camille Leroy se classa 8ème des cent kilomètres à l'américaine du vélodrome d'Arlon. Un peu plus tard, au vélodrome de Hollogne-Marche, il se classa 5ème avec Van Ingelgem des septante kilomètres à l'américaine. Au vélodrome d'hiver de Bruxelles, il se classa avec son ami Benjamin Javaux à la 14ème place de l'épreuve des Six Jours. Il prit part au Circuit du Millénaire à Gembloux où il dut abandonner suite à une crevaison. Au circuit de la Meuse remporté par Mottiat, il eut plus de chance. Il s'y classa 5ème. Au Circuit des Trois Villes Sœurs, il termina à la 7ème place. A Jumet, il se classa 4ème. En fin de saison, le club où Camille était affilié, "La Pédale Namuroise" organisa l'épreuve Namur-Dinant-Namur. Il y prit part et s'y classa 4ème.

Au cours de la saison de 1923, Camille sembla avoir plus de chance. Il participa au Championnat de Belgique de cyclo-cross où il se classa 11ème et empocha 150 francs de gain. Sur la route, il se classa 19ème du Tour des Flandres, enlevé par Heiri Suter, 37ème de Paris-Roubaix, 15ème de Liège-Bastogne-Liège, 15ème du Championnat de Belgique, 23ème du classement final du Tour de Belgique. Le Tour fit l'étape à Namur. Au départ de la dernière étape, la cinquième, Namur-Bruxelles, la presse relatait :
"Un départ banal..."
"Au signal de départ, donné à 7h35, aux 35 survivants, Leroy qui était décidé à repartir après ses hésitations de la veille, levait la main... Il venait de constater que son pneu avant était plat et pouvait commencer à réparer "avertissement du ciel" affirmait quelqu'un dans une voiture. Masson prenait immédiatement la tête et sous sa conduite, on marchait à bonne allure vers Andenne. Pas assez vite cependant pour empêcher Leroy de rejoindre le peloton. L'excellent Camille rappliquait en effet comme nous traversions la petite cité à 8h35. Le train s'accélérait plus loin. Evraert perdait contact puis Leroy était distancé à son tour. Belvaux laissait filer le groupe sur un démarrage... Un mot encore de Leroy, le Champion Namurois fit aussi une course digne de tous les éloges et défendit brillamment ses couleurs locales".
Au G.P d'Automne à Saint-Servais, remporté par Léon Despontin, encore une grande figure cycliste namuroise, il se classa 7ème, au Championnat du Millénaire à Gembloux, il termina 6ème et de Paris-Bruxelles, disputé sous la pluie et le froid, épreuve enlevée par Félix Sellier, un de ses amis du Namurois, il franchit la ligne en 8ème position. Il y reçut une coupe.
La presse locale de l'époque écrivait :
"Félix Sellier sera reçu à Namur"
"L'excellent coureur Camille Leroy nous annonce qu'une réception sera organisée pour demain jeudi à Namur, en l'honneur de Félix Sellier, le brillant vainqueur de Paris-Bruxelles. Le jeune Félix sera reçu Place de la Gare vers 8 heures. Nous ne doutons pas que le vaillant crack wallon recevra, en la circonstance, la part de reconnaissance qui lui revient".

Inscrit dans la catégorie des coureurs de 2ème classe, porteur du dossard 121, Camille prit, à nouveau, part au Tour de France.  Alors qu'il avait terminé la 5ème étape Les  Sables d'Olonne-Bayonne en 16ème position, dans le même temps que le vainqueur, le Français Robert Jacquinot, Camille fut en difficulté, tout au long de la journée de la 6ème étape qui reliait Bayonne à Luchon. En effet, Camille, atteint d'une dysenterie, abandonna en cours d'étape. A l'issue de cette fameuse étape dans les Pyrénées, les commissaires diffusèrent le communiqué suivant :
"Le coureur de deuxième catégorie Camille Leroy est frappé d'une amende de 25 francs : circonstances atténuantes admises pour avoir, ayant déclaré avoir abandonné, remis un boyau à un de ses camarades (art. 1er, paragraphe 1 des pénalités). Le "touriste-routier" Protin, n° 258, est frappé de deux heures de pénalisation pour avoir demandé et reçu "un boyau" du coureur Leroy (art. 1er, paragraphe 2 des pénalités)". Protin était un coureur de Transinne. Alors qu'il avait dû renoncer à la Grande Boucle, Camille n'hésita pas à participer à la fête organisée en l'honneur de son ami Léon Despontin, à son retour de son brillant Tour de France. La presse de l'époque relatait l'événement en ces termes :
"Le sympathique coureur Léon Despontin fut conduit au local du "Sportsman Club", où le vin d'honneur lui fut offert. Son ami, Camille Leroy lui remet ensuite un superbe objet d'art au nom des sociétés organisatrices. Le héros de la fête, tout ému, ne pouvait répondre à toutes les marques d'une amitié sincère. Tout ce monde se rendit ensuite au local de Namur Vélo où les congratulations reprirent de plus belle. La soirée se termina par un concert très réussi. Léon Despontin et Camille Leroy nous chargent de remercier le public namurois principalement "le Sportsman Club de Namur, "le Vélo Club de St-Servais" et "Namur Vélo" pour cette belle manifestation de sympathie dont ils furent les organisateurs".
Camille se distingua également sur piste. Au vélodrome de Moustier, mi-avril, où il se classa 4ème avec Verelst (32 points) de la courte de 75 km à l'américaine. Mi-août, il se classa une nouvelle fois 4ème avec Blaschaert (32 points) de l'épreuve des 100 km à l'américaine. Au vélodrome de Luxembourg, il remporte avec Debunne l'épreuve des 100 km à l'américaine. Quelques jours plus tard, au vélodrome de Hollogne-Marche, il se classa 4ème avec Kreuz des 70 km toujours à l'américaine. Au vélodrome de Moustier, début octobre, il se classa 5ème avec Léon Despontin de la course de 2 heures à l'américaine et 2ème avec les frères Sellier, Félix et Fernand, Clamot et Léon Scieur, du match poursuite à l'italienne (équipe de cinq coureurs) 50 mètres derrière l'équipe de Louis Mottiat, d'Heusghem, de Léon Despontin, de Benjamin Belvaux et de Joseph Marchand.

Sur route, il prit part à Paris-Jemeppe remporté par Benjamin Javaux et au Championnat du Millénaire à Gembloux enlevé par Verschueren et où il se classa à la 6ème place à 30 secondes du vainqueur. Il termina 7ème du G.P d'Automne à St-Servais enlevé par Léon Despontin et 19ème du Circuit de Champagne remporté par Vermandel. Par ailleurs, toujours soucieux de faire grandir son commerce de cycles, Camille n'hésitait pas, déjà à l'époque, de publier des encarts publicitaires. Un de ceux-ci était libellé comme suit :
"CYCLISTES"
"Une jolie prime sera remise à chaque coureur qui gagnera une course sur souliers Cycles LEROY, Breveté. Prière d'attester par une dépêche à M. LEROY-CYCLES NAMUR
".

En 1924, Camille entama sa cinquième année chez les professionnels. En début de saison, Camille participait pour retrouver la forme, aux compétitions de cyclo-cross. Ainsi, il enleva le 17 février le cyclo-cross organisé par Monsieur Bohy et le Club Namur Vélo. L'édition "Vers l'Avenir" de l'époque relatait :
"Un nombreux public se pressait sur le parcours du cyclo-cross organisé hier dimanche à Namur. L'itinéraire comportait douze kilomètres dont cinq kilomètres de côtes et difficultés diverses. Voici les résultats de cette épreuve, une innovation pour Namur.
Première catégorie (coureurs licenciés) six partants. Le départ fut donné boulevard du Nord à 14h20 : 1er Camille Leroy en 21 minutes, 2ème Clause, 3ème Despontin
."
Il prit part au Championnat de Belgique de cette discipline où il se classa à la 42ème place.
Il se classa 15ème de Liège-Bastogne-Liège. Il participa au Tour des Flandres, remporté par Gérard Debaets, mais il abandonna. Il se classa 26ème au classement final du Tour de Belgique enlevé par son ami Félix Sellier. Il abandonna au Championnat de Belgique. Lors de Paris-Bruxelles où il avait été lâché dans la côte d'Epernay, épreuve remportée par Félix Sellier, il s'y classa 25ème. Pour la quatrième fois, Camille se présenta au départ de la Grande Boucle, dans la catégorie des touristes-routiers, dossard 325. Toujours poursuivi par la malchance, Camille Leroy n'y fit pas long feu. Ainsi, lors de la première étape, Paris-Le Havre, Camille fut le premier coureur à abandonner. Alors que le peloton n'avait pas encore quitté l'Ile de France, il chuta et son vélo était inutilisable. Ce fut sur ce malheureux incident que Camille fit ses adieux à la Grande Boucle.
A Paris-Arras, Camille se classa 26ème tandis qu'au Championnat du Millénaire à Gembloux enlevé par la coqueluche locale, Félix Sellier, Camille dut abandonner, victime d'un bris de roue. Dans le nord de la France, à Boussois, Camille s'illustra en remportant la Grande Course Internationale sur 220 km. Il enleva la victoire avec 12 minutes d'avance sur cycle Van Hauwaert, papillon Zéphir.
Par contre, sur piste, Camille semblait avoir plus de chance. Au vélodrome de Huy, il se classa 6ème avec Benjamin Javaux de l'épreuve des 100 km à l'américaine, au vélodrome de Moustier, 7ème avec Vlaeschaert des 70 km toujours à l'américaine et au vélodrome du Luxembourg, 6ème avec Joseph Marchand, des 100 km à l'américaine.

En 1925, Camille entama l'année par une mise en jambe sur rouleaux. Il fut engagé dans la grande course cycliste sur rouleaux organisée par Namur Bicycle Club Sport, le 17 janvier à 7 h au salon de la Renaissance rue de Fer. Il prit part, ensuite, au cyclo-cross de Trazegnies où il termina 5ème. Il participa avec le Namur Bicycle Club, au Championnat de Belgique Interclubs où il se classa à la 6ème place (classement des 4 meilleurs concurrents de l'équipe) 158 points, Championnat enlevé par le Cycliste Pesant Club Liégeois (50 points). Au cyclo-cross de Namur, Camille obtient une brillante 4ème place. Par ailleurs, la presse locale n'hésitait pas à répercuter les exploits réalisés sur les Cycles Leroy :
"Au Tour de Belgique des Indépendants (1925), c'est sur Cycle Camille Leroy, boyaux César, chaîne Darbily, que le coureur Marcel Olivier de Namur, a remporté la victoire des jeunes enlevant de haute lutte la jolie bicyclette Albert De Gunne, il chaussait des souliers cyclistes "BREVETES" Camille Leroy".
Quant à Camille, il poursuivit, en tant que coureur cycliste, sa quête de victoires. Camille prit part à Paris-Roubaix, remporté par Félix Sellier, au Tour des Flandres. Il se classa 21ème de Paris-Bruxelles, remporté par Debaets, 11ème du classement final du Tour de Belgique où il se classa notamment 16ème de la quatrième étape à Namur et 10ème de la cinquième et dernière étape à Bruxelles. Durant ce Tour, Camille n'épargna pas ses efforts. C'est ainsi que lors de la troisième étape aboutissant à Florenville, Camille faillit enlever la victoire d'étape. Le magazine "Vélo Sport" relatait :
"Une fugue de Leroy"
"A la sortie de Musson, Leroy profite d'un virage pour s'enfuir. Peu après, Jordens l'imite mais Luites ramène le lot. Cependant, Leroy en met tant et plus et augmente son avance, qui est bientôt conséquente. Au premier moment, on ne s'est pas ému dans le peloton. Toutefois, Wendels en met sérieusement pour rejoindre le fuyard, mais comme personne ne s'occupe de l'aider, le Liégeois prend lui aussi les devants. Nous arrivons à Virton (60 km). Leroy passe avec 4'10" d'avance sur Wendels, et 5'15" sur le gros du peloton, que tire alertement Hardy. Nous arrivons à Arlon, les crevaisons deviennent assez nombreuses et Leroy puis Jumet doivent s'arrêter pour remplacer des tubes défaillants. Pendant ce temps, après 18 km de chasse Wendels a été absorbé par le peloton. Leroy est rejoint. D'autre part, Leroy, à qui toute cette chasse a été fatale, est en vue et, avant que nous ne soyons arrivés à Florenville, il doit s'incliner
".
Il obtient une dixième place au G.P Verwindt enlevé par Ronsse. Au Championnat de Belgique Inter-Club, le club de Namur-Bicycle composé de Leroy, Dussart, Tilkens et Olivier se classe en 17ème position.
Sur piste, Camille remporta une épreuve au vélodrome de Huy, il enleva avec Félix Sellier et Joseph Marchand le match poursuite au vélodrome de Moustier rejoignant le trio Léon Despontin, Arthur Targez et Parent. Il s'y classa 4ème des 100 km à l'américaine.

En 1926, il se classa 36ème de Paris-Roubaix. Par contre, il abandonna au Tour de Belgique lors de la troisième étape. Il s'était pourtant classé 20ème à l'issue de la première étape et 21ème de la deuxième étape. Dans la presse locale, on y lisait :
"Première étape : à "Santhoven" au pays des "Hoven" le forçat n° 13 Leroy, dans le civil, crève. Il maudit le garde-chiourme, en l'occurrence un banal pneumatique. Il répare et prend le ciel à témoin qu'il ne portera plus jamais le n° 13 et tout cela en moins de 2 minutes. Il termine en 20ème place. "Troisième étape : à "Latour", Leroy en tête de peloton mène allégrement. Le peloton reste groupé, tous les partants sont encore là. Il abandonne en cours de l'étape".
Il dut mettre pied à terre au Championnat de Belgique, à Paris-Tours et à Luxembourg-Lille.
Il se classa 2ème à Lincent et 7ème à Gembloux.

En début d'année 1927, Camille Leroy quitta Namur pour s'installer à Bruxelles. Le 15 janvier, il ouvrit le "Café des Sports" à Schaerbeek, lieu de rendez-vous de nombreux sportmens. La saison cycliste 1927 fut une année "sans".

En 1928, Camille participa encore à quelques épreuves. En cyclo-cross, il prit part au Championnat Provincial à Namur. La presse relatait l'entraînement des concurrents en vue de ce Championnat, en ces termes :
"Les coureurs ont été fidèles au départ en vue de l'entraînement. Sous la conduite de Camille Leroy, les concurrents ont bouclé les circuits excessivement durs, choisis pour l'épreuve. Remarquez l'allure souple du vieux, mais toujours jeune Champion Namurois".
Quant au déroulement de l'épreuve, replongeons-nous dans les textes de l'époque :
"Le Championnat Provincial de Namur 1928"
'C'est par un temps magnifique que cette épreuve a été courue, dimanche 26 février 1928. 20 coureurs prennent le départ parmi lesquels le fameux crack d'Amay, Laloup, qui s'est fait inscrire en tout dernier moment. Naturellement, c'était le vainqueur tout désigné... Et en effet ! C'est un des plus redoutables routiers du moment. Le départ est donné par Monsieur Paul Marcel à 10h06, Président du Club Saint-Aubain, organisateur de la course et donateur de la coupe, Monsieur Collard, le souriant délégué de la Ligue Vélocipédique Belge l'assiste.
Immédiatement, le groupe s'allonge, sous la conduite de Camille Leroy qui mène un train endiablé et qui va fournir une des plus belles courses de sa carrière sportive. Au-dessus des carrières, Leroy mène toujours, ayant dans sa roue le jeune Warnon, qui marche merveilleusement, et Laloup, qui inconscient du danger, n'hésite pas à plonger à tombeau ouvert dans la si difficultueuse descente. Pour l'éviter, Warnon est obligé de se déplacer violemment. Place de la Station, à St-Gérard, Leroy qui a remonté Laloup, conduit toujours, suivi de Gilbert et Van Vlokoven. Laloup arrive en 5ème position et le brave Despontin 11ème. Leroy marche merveilleusement, son style est impeccable, il "conduit sa course" et sauf incident, il gagnera ! Hélas ! La bûche fatale l'attendait à l'endroit même où il prenait un avantage décisif sur ses adversaires les plus directs. Mais continuons. Dans la montée de la Citadelle, Gilbert est attaqué par Van Vlokoven, qui arrive à la hauteur de Leroy, un peu plus loin et démarre brusquement pour prendre dix mètres, qui seront vite comblés par le Champion Namurois. On est au faîte de la Citadelle. A ce moment précis,  Laloup, Guillaume et Despontin, qui ont opéré une remontée formidable, arrivent ensemble. Warnon, qui a été éblouissant, précède ceux-ci de quelques mètres. Et voilà la dégringolade vers le Kursaal.
Leroy mène toujours suivi de près par Laloup, Despontin et Gilbert... Presque en bas de la côte, Leroy, qui est un vieux de la vieille et qui a été payé pour apprendre à descendre le Tourmalet, possède 60 mètres d'avance sur Laloup mais... Il fait un faux pas et c'est la culbute d'une violence inouïe. Etourdi, meurtri, Leroy remonte sur sa machine, qui heureusement, a résisté au choc. Il repart de plus belle, il se donne à fond, mais son épaule lui fait endurer des douleurs intolérables. Malgré cela, il mène toujours, il mènera jusqu'au bout et c'est vaincu par la souffrance plutôt que sur sa valeur, qu'il sera dans les tous derniers mètres, distancé par Laloup et Despontin
".
Despontin dit : "j'ai tout dit de Leroy mais je répète que s'il n'a pas gagné, il reste le vainqueur moral de la course. J'étais tout fier d'entendre dire par les jeunes : "T'as vu Camille ? Ah ! S'il n'était pas tombé... Bravo Camille".
"Le classement de la course s'établit comme suit : 1er Laloup, 2ème Despontin (nouveau champion, étant le 1er provincial classé), 3ème Leroy, 4ème Guillaume, 5ème Van Vlokoven".
Le 12 mars, au Vélo Club St-Aubain, fut disputée une autre épreuve de cyclo-cross.
"Comme toujours, le toujours jeune Despontin se classe 1er du Club suivi par Sambon qui progresse. Leroy se met lentement en action et est bien intentionné de faire des étincelles cette saison. Le Vélo Club St-Aubain vient de faire une acquisition rare, en la personne de Georges Laloup, le fameux crack d'Amay, vainqueur cette année déjà de quatre courses dont une devant Despontin, Champion Provincial de Namur. Il est même question d'une association Laloup-Leroy pour disputer cette saison des courses sur piste. "Méchante Equipe". Car Leroy est très bon au train et Laloup est redoutable au sprint".
Camille prit part au Critérium des Provinces Flamandes, à Binche-Tournai-Binche, au Tour de Belgique qu'il termina à la 21ème place. A Namur, terme de la troisième étape, il se classa, devant son public, à la 26ème place. Il prit part encore à Paris-Bruxelles où il abandonna et à une épreuve à Jodoigne où il dut renoncer, suite à une chute. Alors que Camille étant annoncé au Tour de France par le quotidien "Vers l'Avenir", un mois plus tard, il décidait d'abandonner la compétition.
"8 juin, Camille Leroy dans le Tour de France".
"Notre sympathique Champion local, Camille Leroy, prendra, d'ici quelques jours le départ du Tour de France. Il est équipé par une maison française. Seulement, il devra se soigner et supporter les premiers frais. Nous invitons donc tous les sportsmen à verser leur obole, si petite soit-elle, au compte chèque poste 153.153 du Vélo Club St-Aubain. Arrivé au crépuscule de sa vie sportive notre brave Camille accomplira des exploits dans cette grande épreuve qui sera sa dernière course
".

Il décida, le 10 août 1928, d'abandonner la course. Il avait alors 36 ans.
"Camille Leroy abandonne sa carrière"
"Le coureur cycliste professionnel Camille Leroy porte à la connaissance de tous ses amis coureurs cyclistes qu'à partir de ce jour il arrête définitivement la carrière cycliste professionnel mais depuis le 4 août, il a ouvert à Namur, 134 rue de Bruxelles, un commerce de vélos, accessoires, réparations, machines à coudre, trottinettes, etc...
" Quelques jours plus tard, l'arrivée du Circuit de Belgique pour professionnels était fixée en façade chez Camille Leroy. Il continua à payer de sa personne les compétitions cyclistes. Ainsi, lors du Championnat des garçons bouchers, Camille n'hésita pas à prêter son concours. "A 4h15, les garçons bouchers partent en cortège, escortés par l'auto de Monsieur Carpieaux, ayant comme officiel Monsieur Camille Leroy, ainsi que l'auto es organisateurs du Vélo Club St-Aubain ayant comme occupants Monsieur Paul Marcel, le Président J. Renta de Wépion, Alexandre Leroy de Jambes. Le départ est donné au Pont de Jambes à 4h23 par Camille Leroy".
Ainsi, pour une autre compétition, on pouvait lire dans la presse locale :
"Grande course cycliste réservée aux touristes, 70 km. Pour le 21 octobre, inscription chez Monsieur Scieur, Café Rocher Bayard, Boulevard Ernest Mélot. Les prix sont exposés chez l'ex-professionnel Camille Leroy, rue de Bruxelles, 134 à Namur. 21 octobre, la course des touristes. Le départ est donné par Camille Leroy qui, comme toujours, est exact au poste".

Début 1929, on vit encore Camille Leroy prendre part, à St-Servais, à un cyclo-cross organisé par le Club St-Aubain à Namur. Il se classe 4ème de cette épreuve remportée par Mathieu.

Camille s'installa ensuite à Gembloux, avenue de la Station, où il tint un hôtel restaurant café,  mais il s'intéressa toujours de très près à la "Petite Reine". Il s'occupa de la vente de vélos et il installa un atelier de réparation de bicyclettes. Il lui arrivait d'apporter son aide pour réparer les vélos confiés à son ancien collègue, Félix Sellier, qui avait installé lui aussi un atelier à Gembloux, place de l'Orneau. Toujours fort attaché au sport cycliste, il fonda, en 1930, dans le bas de la ville, quartier de la Gare à Gembloux, le club de la "Pédale de la Gare" et organisa avec ce Club des épreuves cyclistes. A 58 ans, il remporta encore, sur la route, une victoire : le Championnat de Belgique des hôteliers, cafetiers et restaurateurs, devançant Léon Charlier et son ami Félix Sellier.

Après une longue et pénible maladie, Camille allait rejoindre le 13 août 1952, dans l'au-delà, le peloton des Géants de la Route. Le journal "Vers l'Avenir" du 17 août 1952, sous la plume de Maurice Dandumont, lui rendait l'hommage suivant :
"Camille Leroy n'est plus"
"Camille Leroy vient de rendre le dernier soupir à Cortil-Noirmont. Cet ancien coureur professionnel namurois s'était distingué au temps où nous comptions d'autres représentants de bonne valeur avec les Sellier, Despontin, Javaux, etc... Tout comme son camarade Despontin, Camille avait disputé le Tour de France dans la catégorie des touristes-routiers en se classant honorablement. Des illustrés de l'époque montrent Camille Leroy, malchanceux, terminant une étape au pas de course, son vélo brisé sur l'épaule. pour subvenir à ses besoins, le routier Namurois n'hésitait pas à offrir ses services de mécano aux autres coureurs après l'arrivée et pendant les journées de repose. Camille ne fut pas souvent favorisé par le sort aussi bien sur la route que dans les affaires qu'il entreprit. Après avoir géré un magasin de cycles rue de la Monnaie, à Namur, Camille Leroy avait fini par s'installer à Gembloux où il tenait un hôtel-restaurant. Là, l'ancien routier a vécu des jours plus heureux. Camille était resté jeune d'allure et de caractère. Il s'intéressait toujours avec passion au sport cycliste. Ayant fondé la "Pédale de la Gare" à Gembloux, il organisa des courses et il lui arriva maintes fois d'héberger gratuitement de jeunes coureurs. De passage à Gembloux, on aimait aller le saluer. Lors de notre premier Tour des Débutants, il nous avait adressé une lettre charmante louant notre initiative et il nous avait offert son concours.
Il tint à nous réunir à sa table, en 1948. Avec Ernest Albert, le vainqueur du Tour de la Province et quelques autres coureurs. En septembre 1950, Camille avait encore remporté une victoire sur la route en triomphant dans le championnat national des hôteliers, cafetiers et restaurateurs devant Léon Charlier et Félix Sellier. Hélas ! Une longue et pénible maladie guettait Camille Leroy. Astreint à suivre un régime sévère, il conserva longtemps un bon moral. Il y a quelques mois, nous avions encore eu l'occasion de l'entendre au bout du fil. Ayant maigri considérablement, il avait pourtant perdu confiance. C'est un homme affable au cœur d'or, un bienfaiteur du sport cycliste qui s'en est allé. A sa famille nous présentons nos chrétiennes condoléances
".

Michel Noël avec l'aide des petits-enfants de Camille Leroy : Daniel, Lydia et Rudy Berwart
Recherches effectuées en bibliothèque à Bruxelles et à Namur par Rudy et Lydia
Archives de René Mathy de Walhain
Collaboration de Marc Pirotte, président du Royal Vélo Club de Gembloux


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 2/02/2013 à 8:47

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2018 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126