Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Palmarès de Félix Sellier (Bel)16 decembre 2018  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Coll. P. Weecxsteen

Coups de Pédales

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2018

     Classement UCI

     Calendrier 2018

     Coupe France 2018

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

Liens cyclistes

L'actualité

Ajouter aux favoris




© Jean-Marie Letailleur

Félix SELLIER
né le 2 janvier 1893 à Spy
décédé le 16 avril 1965 à Gembloux

Félix naquit à Spy le 2 janvier 1893 au sein d'une famille nombreuse : il était le 7ème des 13 enfants de Victor Joseph Sellier, natif de Bossière, qui exerça la profession de journalier, puis de houilleur et de Clémence Rinchard de Spy. Quant à Fernand, il vit le jour le 27 juin 1889 à Spy. Ce fut Fernand qui communiqua le feu sacré, tout jeune, à Félix. Fernand comme coureur cycliste promettait d'être supérieur à Félix, mais un bête accident vint interrompre sa carrière déjà brillante et il dut renoncer au sport.

Tout jeune déjà, Félix se fit donc remarquer par sa grande volonté et sa ténacité. Ainsi, lorsqu'il parla de devenir coureur cycliste, ses proches ne se firent aucune illusion. Sans accident grave, Félix ferait son chemin. Félix se signala par quelques beaux succès à l'occasion des courses villageoises. Aujourd'hui, on ne peut se représenter quel engouement le public manifestait pour un sport nouveau, à une époque où les déplacements étaient courts et les distractions plutôt minces. Il n'était pas rare de voir des voitures automobile suivre avec application une course de patelin comme s'il se fut agi d'un grand événement sportif. Ces voitures coûtaient un prix fou et appartenaient à des "personnages". Mais tout automobilistes était un grand fervent de sport, surtout, lorsque ce sport concernait la route. Et pourtant, parlons des routes de 1909 ! Quel supplice de rouler là-dessus ! Le cycliste n'empruntait pas de beaux macadams mais d'affreux chemins pleins de trous qu'il devait éviter. "Il fallait tourner autour des trous" pour répéter les termes fréquemment employés à l'époque par les concurrents. Les courses cyclistes étaient organisées par le comité des festivités locales. Le vainqueur recevait 10 francs et même parfois 7,50 francs.

En 1909, Félix fit donc ses débuts en "tous coureurs". Laissons-le nous narrer sa fabuleuse épopée : "Mes débuts, je les ai faits à la ducasse des Isnes. Les succès de mon frère me grisaient. En effet, cette même année 1909, Fernand quittant les circuits ruraux, venait de gagner la course Paris-Bruxelles. Il existait déjà à cette époque une Ligue Vélocipédique Belge, mais une autre ligue dont le nom m'échappe, organisait la grande compétition dans les deux pays. Ah ! Je devais à tous prix me montrer digne de mon frère. Je participai donc à la course qui se déroulait autour des Isnes. Il faisait un temps superbe. Sur tous le parcours, c'était un monde fou. Toutes les toilettes d'alors qui nous paraissent tellement surannées aujourd'hui : hommes en jaquette ou en veston long, portant le canotier ou le chapeau melon, femmes aux jupes extrêmement longues, aux blouses dont le col atteignait le menton, aux chapeaux énormes. Et les badines et les ombrelles ! Un vélo coûtait très cher, en 1909. J'en avais loué un. Les machines pesaient de douze à treize kilos. Elles portaient des boyaux de 800 grammes dont la crevaison était chose fréquente". "Et dire, plaisante Félix, que nos coureurs modernes se plaignent de leurs boyaux de 175 grammes et de leurs vélos légers comme des plumes ! Il y avait aux Isnes des coureurs issus de différents villages voisins. Ceux de Namur m'encourageaient, ils me poussèrent même un peu au départ. Eh bien, ce jour-là, je ne fis pas grand chose et cela s'annonçait même plutôt mal. Allais-je renoncer à marcher ou plutôt rouler sur les traces de mon frère, Non, je m'inscrivis comme participant à d'autres courses locales, améliorai ma technique, si je peux employer ce mot-là pour un débutant d'alors. Toujours est-il que je terminais 1909 avec neuf prix. J'étais lancé ! Et les années se succédèrent. En 1910, j'obtenais onze premiers prix. En 1911, dix huit. En 1912, vingt trois. En 1913, cinquante huit. Cette fois, mon entourage me considérait déjà comme un champion en herbe. Mon palmarès de 1914 indique 29 premiers prix. On devine ce qui provoqua cette chute. J'allais accéder au grade d'indépendant lorsque la guerre éclata. Je ne possédais pas encore mon propre vélo".

La Grande Guerre survint et ce n'est donc qu'en 1919 qu'on retrouva Félix ainsi que Fernand comme indépendants. Après avoir remporté le Circuit Dinantais, devant Depauw, Félix acquit enfin cette année-là un vélo. Il lui avait été offert par Monsieur Lefèbvre de Dinant, grand mécène du sport cycliste. C'est sur cette machine que Félix gagna Ostende-Anvers. Sans trop d'espoir, Félix participa au Tour de Belgique, avec son frère Fernand. "Un tour pour rire", comme il disait lui-même. On se souviendra de ce Tour de Belgique dont les deux premières places furent enlevées par les frères Sellier. Fernand laissa à son frère Félix le mérite de la victoire finale.

Lorsqu'en 1920, quittant le métier de mineur, il devint coureur professionnel, titre que détenait déjà son frère Fernand, Félix vint s'établir à Gembloux avec son épouse Bertha Tréfois. Il ouvrit un magasin de vélos. Il remporta les victoires à Mettet, à Marchienne-au-Pont, à Moustier et à Namur. Malgré une vilaine chute à La Hulpe, il se classa 8ème du Championnat de Belgique. Avec Fernand, Félix prit part à la 14ème édition du Tour de France. Ils s'alignèrent parmi les coureurs de 2ème classe (coureurs isolés). La première étape Paris-Le Havre (388 km) était remportée par le Belge Louis Mottiat. Fernand enleva la victoire dans la catégorie des coureurs isolés. Quant à Félix, il remporta la victoire, toujours dans la catégorie des isolés, de la 2ème étape Le Havre-Cherbourg (364 km) qui avait été enlevée par son compatriote, Philippe Thys. Les deux compères décidèrent d'en rester là et de rentrer à la maison.

Durant l'année 1921, Félix poursuiva sa chasse aux victoires et étoffa son palmarès. Jugez plutôt : 1er à Jemeppe-sur-Sambre, 4ème de Paris-Bruxelles, 5ème du Championnat de Belgique, 5ème de Paris-Brest-Paris, 7ème de Liège-Bastogne-Liège, 13ème du Tour des Flandres. A nouveau, on retrouva Félix au départ de la Grande Boucle. Toujours dans la catégorie des coureurs de deuxième classe, Félix réédita ses exploits de l'année précédente. Lors de la 2ème étape, Le Havre-Cherbourg (364 km), Félix coupa la ligne d'arrivée premier des isolés. Non content de cela, il se classa, à nouveau, premier des isolés de la 5ème étape, Perpignan-Toulon (411 km), de la 13ème Metz-Dunkerque (300 km), de l'avant-dernière et 14ème Metz-Dunkerque (433 km). A Paris, au classement final, Félix se classa 16ème à 13h56'45" du vainqueur, son compatriote, Léon Scieur figure marquante du cyclisme de la cité des Bergeots, Florennes. En 1954, Félix confia à Marc Jeuniau, journaliste, à l'époque au Sport Club : "Mon plus mauvais souvenir du Tour : c'était en 1921. J'ai brisé une roue et marché durant une heure et demie pour pouvoir en trouver une nouvelle. Et, en plus du retard, j'écopais d'une heure de pénalisation".

L'année 1922 fut une grande année pour Félix. Il remporta son premier Paris-Bruxelles. En s'adjugeant consécutivement les éditions de 1923 et de 1924, il allait entrer dans la légende du sport cycliste. Il enleva Arlon-Ostende, se classa 2ème du Grand Prix Wolber, 2ème de Paris-Lyon avec Louis Mottiat, 3ème du Championnat de Belgique. En cette année 1922, Félix était à nouveau au départ de la 16ème édition du Tour de France. 120 concurrents se présentèrent à Paris pour courir 5375 kilomètres répartis sur 15 étapes. Portant le dossard 22, Félix faisait partie des coureurs de 1ère classe. Lors de cette édition, Henri Desgrange décidé d'ajouter au menu proposé aux coureurs, l'escalade des Cols de Vars et de l'Izoard dans les Alpes. Le Belge, Philippe Thys, impressionna ses supporters en remportant l'étape alpestre, la 10ème entre Nice et Grenoble. Il était passé en tête au sommet des cols de Vars et de l'Izoard mais il sera victime d'un accident. Félix termina cette étape en 2ème position dans le même temps que son compatriote Philippe Thys. Un autre belge, Hector Heusghem sembla capable de remporter la victoire finale, mais ses espoirs s'envolèrent avec l'heure de pénalité dont il écopa pour un changement de vélo non autorisé. Une fois de plus, les Français attendaient Eugène Christophe qui montrait une bonne forme physique. Il fut, hélas, une fois de plus victime de problèmes mécaniques. Une fourche cassée l'élimina pour la 3ème fois de la Grande Boucle. Finalement, Firmin Lambot remporta, à l'âge de 36 ans, son 2ème Tour de France. L'entité de Florennes, au retour de son héros, pavoisait. Quant à Félix, il réussit une grande performance sur ce Tour de France. A Paris, il figurait sur la 3ème marche du podium, à 42'02" de la grande vedette namuroise, Firmin Lambot. Au cours de cette édition, Félix enleva la 14ème étape Metz-Dunkerque (432 km), se classa 2ème de la 10ème étape Nice-Briançon (274 km) toujours derrière Philippe Thys, 3ème de la dernière étape, la 15ème Dunkerque-Paris (340 km), 4ème des première et onzième étapes, 6ème des septième et douzième étapes, 8ème de la treizième étape, 9ème de la neuvième étape et 10ème de la quatrième étape. Sur les 15 étapes de cette édition 1922, Félix se classa donc à douze reprises parmi les dix premiers. Chapeau ! Dans une interview à Marc Jeuniau, pour la revue Sport Club, en 1954, Félix confia que "mon plus beau souvenir sur le Tour de France, c'était en 1922. J'avais reçu un jambon pour avoir accompli le tour le plus rapide au Parc des Princes, lors de la dernière étape". En 1922, le Tour était revenu à sa taille d'avant-guerre et sa cote de popularité fut encore plus grande. "L'Auto" gagna le gros lot en vendant 600 000 exemplaires de son journal durant la Grande Boucle et 15 véhicules de presse suivirent la course. Toutefois, malgré la taille croissante du Tour et sa professionnalisation, Henri Desgrange continua à interdire aux directeurs d'équipes de suivre la course. Il restait intimement convaincu que les coureurs devaient rester seuls. Félix termina sa brillante saison en prenant la 4ème place de Paris-Tours.

En 1923, Félix devint Champion de Belgique. Il remporta pour la 2ème fois la classique Paris-Bruxelles. Il enleva encore le Circuit du Midi, termina 2ème de Paris-Tours, du Tour de Belgique après avoir enlevé la 5ème étape, du Circuit de Champagne, du Tour du Milanais avec Emile Masson père, d'Arlon-Ostende, 3ème de Paris-Roubaix, de Liège-Bastogne-Liège, 4ème de Bordeaux-Paris, cinquième du Grand Prix Wolder et 15ème du Tour des Flandres. Il prit part à la Grande Boucle mais dut renoncer lors de la 2ème étape.

En 1924, il continua à enrichir son palmarès. 3ème victoire consécutive à Paris-Bruxelles. A ce jour, Félix reste le seul avec le Français Octave Lapize (1911-1912-1913) à avoir inscrit son nom trois fois consécutivement au palmarès de cette épreuve. Il s'adjugea le Tour de Belgique en remportant la 3ème étape, il remporta Paris-Lyon avec Emile Masson père, il enleva la victoire chez lui à Gembloux et à Oupeye. Il se classa 2ème du Championnat de Belgique, du Circuit de Champagne, du Tour du Milanais, toujours avec Emile Masson père, 3ème du Grand Prix Wolber, de Paris-Roubaix, du Tour des Flandres, du Grand Prix de Braaschaat, 5ème de Milan-San Remo, 7ème de Liège-Bastogne-Liège. Nouvelle participation de Félix à la Grande Boucle. Porteur du dossard n° 8, Félix inscrit dans la catégorie des coureurs de 1ère classe, prit le départ à Paris avec 156 autres concurrents. Cette édition fut dominée par l'Italien Ottavio Bottecchia qui remporta la 1ère étape et porta le maillot jaune jusqu'à la victoire finale, exploit encore inédit jusqu'en 1924. Quant à Félix, il s'illustra une nouvelle fois en se classant 3ème de la première étape et 7ème de la deuxième. Toutefois, il abandonna lors de la 7ème étape.

En 1925, Félix dompta "L'Enfer du Nord" et remporta la victoire de Paris-Roubaix. A l'époque, la plupart des chemins empruntés par les coureurs étaient pavés et cette course très éprouvante méritait davantage son appellation "d'Enfer du Nord". Il enleva la victoire au Grand Prix de Soissons et à Gembloux. Il se présenta une nouvelle fois au départ du Tour de France, dans l'équipe ALCYON-DUNLOP. Porteur du dossard 15, Félix avait pour équipier l'Italien Bartolomeo Aimo, les Belges Louis Mottiat, Emile Masson père, Romain Bellenger et le luxembourgeois Nicolas Frantz. Tout au long de cette 19ème édition, Félix réalisa à nouveau de brillantes performances : 2ème de la cinquième étape, 3ème des quatrième, sixième et dixièmes étapes, 4ème de la première étape, 6ème des quatorzième, seizième et dix-huitième étapes, 7ème des neuvième et onzième étapes, 9ème de la huitième étape et 10ème de la dix-septième. Au classement final, Félix termina à la 9ème place à 2h45'59" de l'Italien Ottavio Bottecchia qui avait dominé l'épreuve. Ainsi, l'Italien enleva la 1ère étape du Havre, comme l'année précédente, il domina dans les Pyrénées et lorsque le Tour se termina à Paris, il démontra à tout le monde qu'il pouvait toujours sprinter puisqu'il remporta la victoire d'étape. Le seul véritable défi qu'Ottavio Bottecchia rencontra, venait de l'étoile montante de Belgique, Lucien Buysse, qui remporta deux étapes. Hélas, ce dernier ne put vraiment pas mettre au défi Ottavio Bottecchia puisqu'il faisait partie de la même équipe. Lors de cette édition de 1925, Henri Desgrange avait accepté finalement que les coureurs aient une équipe de support logistique pendant la course. Selon les nouvelles règles, les coureurs pouvaient désormais échanger leurs tenues et leurs roues avec d'autres membres de l'équipe mais les concurrents étaient toujours obligés de porter leurs pneus de rechange sur les épaules et ils n'étaient toujours pas autorisés à changer de bicyclette pendant la course. A la fin de cette saison, Félix se classa 9ème de Paris-Bruxelles et 10ème du Grand Prix Wolber.

En 1926, Félix reprit le maillot de Champion de Belgique. Il faudra attendre 75 ans avant de voir un autre coureur professionnel namurois revêtir la tunique tricolore. C'était en 2001 à Halle, où Ludovic Capelle montant sur la plus haute marche du podium et revêtait la tunique noire-jaune-rouge. Félix se distingua aussi au Tour de Belgique en remportant la 2ème étape et terminant 2ème au classement final. Il s'illustra au Circuit de Champagne où il se classa 3ème, il enleva Liège-Luxembourg, il termina 7ème de Paris-Roubaix, 16ème du Tour des Flandres. En 1926, Félix fit ses adieux à la Grande Boucle, la plus longue de l'histoire du Tour (5745km). Félix porteur du dossard 24, dans l'équipe ALCYON-DUNLOP y brilla à nouveau. Alors que l'édition de 1926 restera dans les annales comme l'une des plus exténuantes, des plus montagneuses, caractérisé par un temps exceptionnellement mauvais, Félix enleva la 4ème étape, se classa 2ème des deuxième et sixième, douzième, quatorzième, seizième, dix-septième étapes, 3ème des huitième, neuvième étapes, 6ème ex-aequo de la septième étape, 7ème de la dixième étape et 8ème de la treizième étape. Bref Félix termina dans les huit premiers lors de douze étapes sur les 17. Quel exploit ! Au Parc des Princes, il termina en 5ème position à 1h49'13" du vainqueur, son compatriote Lucien Buysse. Ce dernier, lorsqu'il prit sa retraite, clairement nostalgique de ses moments de gloire en montagne, ouvrit un hôtel qu'il dénomma "L'Aubisque". Quant à Félix, il se vit une nouvelle fois offrir, à l'issue de l'édition de 1926, un jambon pour avoir accompli au Parc des Princes le tour de piste le plus rapide. Cet inattendu trophée constituera la dernière récompense que Félix décrocha sur le Tour de France. Le Tour était bien fini pour lui. Il avait 33 ans ! En cette fin de saison, il se classe encore 3ème de Paris-Bruxelles et 12ème de Paris-Tours.

En 1927, il remporta encore le Championnat du Millénaire à Gembloux et les 6 jours de Bruxelles avec Henri Duray. Il se classa 2ème du Circuit de la Ruhr, 3ème du Circuit d'Erfurt, 4ème du Tour de Francfort et 7ème du Championnat de Belgique.

En 1928, il enleva la victoire à Saint-Servais, il termina sur la 2ème marche du podium du Championnat de Belgique, 2ème du Grand Prix Favor, 4ème des Trois Villes Sœurs et du Bol d'Or. Félix, comptant près de 20 ans de compétition sportive, décide de mettre un terme à sa carrière. Il était alors âgé de 38 ans. Plus tard, beaucoup plus tard seulement, il remporta encore le Grand Prix des Vieilles Gloires.

Après la compétition sportive, Félix tint, place de l'Orneau, un commerce de cycles et un café en compagnie de son épouse. Il convient aussi de rappeler que Félix a suscité à Gembloux, au début des années 20, un engouement spectaculaire en faveur du sport cycliste. Autour de sa personne, s'est créé le Vélo Club de Gembloux, qui demeure une des plus anciennes sociétés sportives de l'entité de Gembloux. Depuis sa fondation, le club fit disputer une course pour professionnels intitulée "Le Grand Prix du Millénaire". Félix y triompha à 2 reprises en 1925 et 1927. L'épreuve changea ensuite de nom et devint "Le Grand Prix de la Ville". Cette course a disparu pour raisons budgétaires.

En 1955, Monsieur Gruslin, Gouverneur de la Province de Namur, remit à Félix, alors Président du Vélo Club Gembloutois, le brevet de "Royal Vélo Club Gembloutois". Le dévouement de Félix fut sans borne dans la vie du vélo club. Il en était d'ailleurs le grand animateur et poursuivait infatigablement son travail de prospection, aidant de nombreux jeunes espoirs qu'il avait amenés au sein du club. Certains firent d'ailleurs de brillants résultats. Fervent organisateur, la Ligue Vélocipédique Belge allait reconnaître les nombreux mérites de ce grand Champion en le désignant délégué sportif. Aussi, c'était en tout équité qu'on le voyait officier comme juge à l'arrivée. Début 1964, les époux Sellier fêtaient leur noce d'or. L'édition de "Vers l'Avenir" du 25 février 1964, annonçait l'évènement : "Une noce de platine et quatre noces d'or seront célébrées, samedi, à Gembloux. Parmi les jubilaires, figure l'ancien champion cycliste Félix Sellier. Monsieur Félix Sellier est né à Spy le 2 janvier 1893 ; son épouse Bertha Tréfois a vu également le jour à Spy, le 18 décembre 1897 où ils unirent le 28 février 1914, leurs destinées. Ils élevèrent un fils, Victor, qui trouva la mort sur les bords de la Lys en 1940. Ils ont un petit fils. Monsieur Sellier fit une brillante carrière de cycliste. Deux fois champion de Belgique, vainqueur de nombreuses classiques belges et étrangères, il remporta trois fois consécutivement l'épreuve Paris-Bruxelles. Félix fut une grande vedette du sport cycliste de l'époque. Aujourd'hui, il reste le grand animateur des courses de la région, le dirigeant toujours dévoué du Vélo Club Gembloutois".

Le 16 avril 1965, Félix tirait sa révérence et allait rejoindre les autres "Géants de la Route". On retiendra de Félix Sellier l'image d'un routier d'une robustesse, d'une endurance à toute épreuve et aussi très rapide au sprint. Véritable "terreur" à ses débuts dans les épreuves régionales de non licenciés, après être descendu dans la mine jusqu'au moment où il devint professionnel, il s'est édifié en 10 ans de temps, un palmarès prestigieux et reste encore à l'heure actuelle, avec Octave Lapize, le seul coureur à avoir triomphé trois fois consécutivement dans Paris-Bruxelles. La vocation de Félix était née au lendemain de la victoire de l'un de ses frères, Fernand, dans un Paris-Bruxelles amateur en deux étapes (1909). Devenu indépendant, Fernand fut 2ème du Tour de Belgique en 1919, derrière Félix et 2ème également du Championnat de la catégorie.

Michel Noël avec l'aide des Archives du petit-fils de Félix Sellier, Roger, qui habite Limal.

1909
9 victoires

1910
11 victoires

1911
18 victoires

1912
23 victoires dont
1er de Binche-Tournai-Binche

1913
58 victoires

1914
29 victoires

1919 - indépendant
1er du Circuit Dinantais
1er de Ostende-Anvers
1er du Tour de Belgique

1920
1er à Mettet
1er à Marchienne-au-Pont
1er à Namur
1er à Moustier
Abandon au Tour de France (3ème étape)
- 9ème de la 2ème étape

1921
1er à Jemeppe-sur-Sambre
4ème de Paris-Bruxelles
5ème de Paris-Brest-Paris
5ème du Championnat de Belgique
7ème de Liège-Bastogne-Liège
13ème du Tour des Flandre
16ème du Tour de France
- 1er de la 13ème étape
- 3ème de la 5ème étape
- 3ème de la 14ème étape
- 5ème de la 2ème étape
- 7ème de la 8ème étape
- 7ème de la 12ème étape
- 9ème de la 1ère étape
- 9ème de la 11ème étape

1922
1er de Paris-Bruxelles
1er de Arlon-Ostende
2ème du G.P Wolber
2ème du G.P Sporting avec Louis Mottiat (Paris-Lyon)
3ème du Championnat de Belgique
3ème du Tour de France
- 1er de la 14ème étape
- 2ème de la 8ème étape
- 2ème de la 10ème étape
- 3ème de la 15ème étape
- 4ème de la 1ère étape
- 4ème de la 11ème étape
- 6ème de la 7ème étape
- 6ème de la 12ème étape
- 7ème de la 2ème étape
- 8ème de la 13ème étape
- 9ème de la 9ème étape
- 10ème de la 4ème étape
4ème de Paris-Tours

1923
Champion de Belgique
1er de Paris-Bruxelles
1er du Circuit du Midi
2ème du Tour de Belgique
- 1er de la 5ème étape
- 2ème de la 2ème étape
- 2ème de la 3ème étape
- 2ème de la 4ème étape
2ème de Paris-Tours
2ème du Giro della Provincia Milano avec Emile Masson père
- 2ème de l'épreuve sur route
- 2ème de l'australienne
- 4ème de l'épreuve sur piste
2ème du Circuit de Champagne
2ème de Arlon-Ostende
3ème de Paris-Roubaix
3ème de Liège-Bastogne-Liège
4ème de Bordeaux-Paris
5ème du G.P Wolber
15ème du Tour des Flandres
Abandon au Tour de France (2ème étape)

1924
1er du Tour de Belgique
- 1er de la 3ème étape
- 2ème de la 1ère étape
- 2ème de la 2ème étape
- 3ème de la 4ème étape
1er de Paris-Bruxelles
1er du G.P Sporting avec Emile Masson père (Paris-Lyon)
1er à Gembloux
1er à Oupeye
2ème du Championnat de Belgique
2ème du Giro della Provincia Milano avec Emile Masson père
- 2ème de l'épreuve sur route
- 2ème de l'épreuve sur piste
- 3ème de l'australienne
2ème du Circuit de Champagne
3ème de Paris-Roubaix
3ème du Tour des Flandres
3ème du G.P Wolber
3ème du G.P de Brasschaat
5ème de Milan-San Remo
7ème de Liège-Bastogne-Liège
Abandon au Tour de France (7ème étape)
- 3ème de la 1ère étape
- 7ème de la 2ème étape

1925
1er de Paris-Roubaix
1er à Gembloux
1er du Prix de Soissons
9ème du Tour de France
- 2ème de la 5ème étape
- 3ème de la 4ème étape
- 3ème de la 6ème étape
- 3ème de la 10ème étape
- 4ème de la 1ère étape
- 6ème de la 14ème étape
- 6ème de la 16ème étape
- 6ème de la 18ème étape
- 7ème de la 9ème étape
- 7ème de la 11ème étape
- 9ème de la 8ème étape
- 10ème de la 17ème étape
9ème de Paris-Bruxelles
10ème du G.P Wolber
11ème de la Vuelta al Pais Vasco
- 1er de la 2ème étape
- 9ème de la 1ère étape

1926
Champion de Belgique
2ème du Tour de Belgique
- 1er de la 2ème étape
- 2ème de la 1ère étape
3ème de Paris-Bruxelles
3ème du Circuit de Champagne
5ème du Tour de France
- 1er de la 4ème étape
- 2ème de la 2ème étape
- 2ème de la 6ème étape
- 2ème de la 12ème étape
- 2ème de la 14ème étape
- 2ème de la 16ème étape
- 2ème de la 17ème étape
- 3ème de la 8ème étape
- 3ème de la 9ème étape
- 6ème de la 7ème étape
- 7ème de la 10ème étape
- 8ème de la 13ème étape
7ème de Paris-Roubaix
12ème de Paris-Tours
16ème du Tour des Flandres

1927 - OPEL
1er à Gembloux
2ème du Circuit de la Ruhr
3ème du Harz-Rundfahrt
4ème du Tour de Francfort
4ème des 6 jours de Bruxelles avec Etienne Putzeys
6ème du Rund um Köln
7ème du Championnat de Belgique
7ème de Quer durch Thüringen
Abandon au 1er Championnat du Monde
Déclassé de la 3ème place du Rund um Leipzig

1928
1er des 6 jours de Bruxelles avec Henri Duray
1er à St Servais
2ème du Championnat de Belgique
2ème du G.P Favor
4ème du Circuit des 3 villes Soeurs
4ème du Bol d'Or
7ème de Liège-Bastogne-Liège

1929
Non-partant au Tour de France

1930
12ème des 6 jours de Bruxelles avec Roger De Corte


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 2/02/2013 à 8:48

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2018 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126