Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Les cyclistes pendant la 1ère guerre mondiale19 octobre 2017  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Coll. P. Weecxsteen

Coups de Pédales

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2017

     Classement UCI

     Calendrier 2017

     Coupe de France 2017

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

Liens cyclistes

L'actualité

Ajouter aux favoris

Le cyclisme a payé un lourd tribut à l'effroyable boucherie que fut la guerre 1914-1918.

Lorsqu'on évoque cette funeste période, la France cycliste pense tout de suite à Lucien Petit-Breton, François Faber ou Octave Lapize, 3 anciens vainqueurs de la Grande Boucle mais ce sont près d'un millier de coureurs, connus ou non, pros ou amateurs, routiers ou pistards, bien souvent les deux à la fois, qui firent le sacrifice de leur vie.

Ce n'est toutefois pas par un français que nous commencerons cette évocation mais par le grand champion belge Marcel Kerff (6ème du Tour de France 1903), assassiné (c'est le terme juste) par l'envahisseur teuton dès le 7 août 1914 sous le fallacieux prétexte "d'espionnage" et cette politique de terreur vis-à-vis de la population civile était délibérée en ce début de conflit mais ces crimes de guerre seront vite poussés sous le tapis.

Parmi les pistards, citons entre autres Marius Thé, routier autant que pistard, Emile Maitrot, champion du Monde de Vitesse Amateurs en 1901, Léon Flameng, champion olympique en 1896 à Athènes, victime d'une chute d'avion dans les tous premiers jours de 1917, Paul Rugère, coureur cycliste puis pilote automobile et aviateur ou encore Emile Quaissard, disparu au cours d'un combat aérien dans les lignes allemandes ou le si prometteur Albert Tournié sans oublier le grand Emile Friol, double champion du Monde, stupidement disparu dans un accident de moto en novembre 1916. Que dire alors du triple champion du Monde de demi-fond Georges Parent, plusieurs fois blessé et décoré qui mourut... de la grippe espagnole 3 semaines avant l'Armistice ! Bien d'autres coureurs, hélàs ! seront les victimes de la terrible pandémie.

Contrairement à une légende tenace, Léon Comès et Léon Hourlier ne sont pas morts au cours ou après un combat aérien. Ils sont décédés des suites de la chute de leur avion près de Cuperly alors qu'ils allaient rendre visite au boxeur Georges Carpentier, lui-même mobilisé dans l'Aviation à peu de distance des 2 beaux-frères. Plusieurs hypothèses furent avancées sur les causes de l'accident et la rupture brutale de l'hélice demeure la plus vraisemblable mais aucun avion ennemi n'y fut pour quelque chose !

Les routiers payèrent eux aussi le terrible impôt du sang : outre Petit-Breton, Faber et Lapize, bien d'autres forçats de la route allongèrent encore ce sinistre inventaire : le futur "grand" Frank-Henry dont un pathétique témoignage de son sacrifice suprême nous parviendra par compagnons de tranchées interposés, Francis Le Bars, le jeune frère d'Alfred, Anselme Mazan, le frère de Lucien Petit-Breton, tué au Bois de la Gruerie en juin 1915, l'excellent amateur Albert Grandblaise, tombé quelques jours plus tard dans le Pas-de-Calais, le très bon indépendant René Michel, tué en septembre pendant la 1ère bataille de Champagne. Arthur Laye, Damase-Ferdinand Faucher, Louis Goetz, Richard Pesseau, François-Antoine Poch, Auguste Lépine, Camille Champey ou encore Pierre-Edouard Tesyssier, tous valeureux coureurs de Bordeaux-Paris et tant d'autres qu'il est impossible de nommer tous...

Le Tour de France eut, lui aussi, sa part dans la tourmente : outre les 3 vainqueurs cités ci-dessus, ce sont près de 60 coureurs, bien souvent de modestes touristes-routiers qui écrivirent en lettres de feu et de sang cette page glorieuse de Notre Histoire. On ne peut tous les citer dans ce simple article mémoriel. Rappelons-en tout de même quelques-uns. Si on excepte le cas particulier de Marcel Kerff, les premiers décès de coureurs du Tour de France sont survenus ce terrible 22 août 1914 qui demeure à ce jour la journée la plus meurtrière de l'Histoire des Armées Françaises, toutes guerres confondues. De Rossignol à Charleroi et maints autres lieux, 27000 morts ensanglantèrent à jamais ce qu'on a appelé la "bataille des frontières" et avec 10000 morts, les allemands n'étaient pas eux-mêmes certains de leur victoire... Il n'appartient pas à cet article d'analyser les raisons d'un tel carnage mais de ce massacre, Philippe Cordier, Gabriel Matonnat et Auguste Mézière seront du nombre. D'autres suivront très bientôt : Alexandre Chauvière, Emile Engel, Marceau Narcy disparaitront pendant la bataille de la Marne. Albert Cartigny, Félix Pregnac, Edmond Heliot, le haut-savoyard Jean Perreard, Maurice Petit, Charles Privas, dont le corps ne sera jamais retrouvé, François Marcastel, météorique participant du Tour 1904 dans les semaines suivantes, sinistre année 1914 achevée avec Antony Wattelier, le frère d'Edouard, tué devant l'ennemi le 31 décembre. Frédéric Rigaux est tué en mars 1915 à Vauquois, autre tragique lieu de bataille tandis que René Etien meurt des suites de ses blessures sur le Front Oriental pendant la bataille de Gallipolli. Pierre-Gonzague Privat, 11ème du Tour 1907, qui deviendra un affichiste et caricaturiste de grand talent meurt de ses blessures deux jours après la chute de Hourlier et de Comès.

La bataille de Verdun commence le 21 février 1916. Dès le 27, Ernest Haillotte disparaît tout comme Armand Perin, participant du 1er Tour de France en 1903, fin octobre alors que la victoire se dessinait. René Cottrel est tué le 5 novembre au Fort de Vaux. Marius Villette disparaît sur la Somme le 11 octobre. N'oublions pas non plus Henri Alavoine, le frère du "gars Jean", victime d'une chute d'avion ou encore François Lafourcade, qui sera l'objet d'une accusation posthume au sujet de l'empoisonnement (affaire jamais élucidée) dont fut victime Paul Duboc dans le Tour 1911.

L'année 1918 verra la disparition de Georges Bronchard, la lanterne rouge du Tour 1906, mort dans l'ambulance qui le ramenait vers l'arrière, celle du bel espoir Pierre Vugé, le plus doué d'une grande fratrie de coureurs cyclistes dont 2 autres disparaitront eux aussi dans la tourmente. Evoquons la mémoire de Camille Fily, benjamin, pour longtemps encore (sans nul doute) de tous les participants de l'Histoire du Tour de France, mort au Mont Kemmel en Belgique en mai 1918. Son frère aîné, Georges "Henri", coureur également, était déjà "Mort pour la France" le 4 mai 1916 à Verdun.

On pourrait continuer d'égrener cette pénible liste des "Tour de France" morts pour la Patrie mais comment ne pas terminer ce modeste hommage par deux grandes figures du sport français qui furent, peu de temps il est vrai, mais connurent la notoriété dans d'autres disciplines : Georges Boillot, qui gagna 60 des 65 courses cyclistes qu'il disputa, devenu au moment du conflit l'un des meilleurs, sinon le meilleur, pilotes automobiles du monde, tué dans un combat aérien le 19 mai 1916 à proximité de Verdun.

L'ultime grande figure de ces héros de chez nous est Roland Garros, sportif ô combien éclectique, et qui fut Champion de France Scolaire et Universitaire de Cyclisme en 1906. Il fut abattu avec son avion le 5 octobre 1918 à Vouziers où l'on peut encore voir sa tombe.

Côté germanique, si la liste des cyclistes tués au Front apparaît plus courte, cela semble avoir tenu du moins dans un premier temps, à une politique délibérée de l'Etat-Major allemand qui n'envoya que parcimonieusement ses athlètes célèbres au feu, contrairement aux Alliés. Parmi les cyclistes allemands tués au combat, citons les routiers George Grosskopf, Arno Brunner, Hermann Kripp, l'excellent amateur Thedor Menne ou encore Johann Wedde et Paul Bruns mais le plus connu des routiers germaniques demeure sans doute Josef Rieder, participant aux Jeux Olympiques 1912, passé pro l'année suivante où il gagnera le Tour de Wurtemberg. Les véritables vedettes du cyclisme allemand concernaient la piste, discipline extrêmement populaire Outre-Rhin. Les compétitions sur les vélodromes drainaient des foules considérables. De ce côté-ci du Rhin beaucoup de noms de ces coureurs sont aujourd'hui sortis des mémoires, en Allemagne, ils étaient d'authentiques célébrités comme pouvaient l'être chez nous un Jean Bouin ou un Georges Carpentier par exemple...

Citons-en quelques-uns : le grand stayer Willy Honeman, tué le jour même de l'accident de Hourlier et de Comès. Paul Lüders, tué à Verdun dans les tous premiers jours de la bataille, Fritz Finn, Albert Ritzenthaler, né à Colmar, alors allemand, tué en Pologne à bord de son nouvel avion en juin 1916. Citons encore Bruno Demke et Alexander Benschek, disparus tous deux en août 1916. Cette même année 1916 verra disparaître le 14 avril Ludwig Opel, le plus jeune des 5 frères dont la famille n'avait pas encore été anoblie et qui, avant de fonder la dynastie automobile que l'on connaît, furent tous coureurs cyclistes. Souvenons-nous aussi d'un très bon stayer de l'époque : Jacob Esser, mort en juillet 1917 tandis que 1918 verra, entre autres, la disparition de l'excellent routier-pistard Paul Schulze ainsi que celle d'Albert Eickholl, décédé à l'hôpital de Düsseldorf des suites de ses blessures de guerre.

D'autres pays eurent leurs martyrs cyclistes. En Italie, le plus connu fut Carlo Oriani, vainqueur du Giro 1913, emporté par une pneumonie contractée après qu'il eut plongé dans les eaux glacées du Tagliamento pour sauver un de ses camarades qui était en train de se noyer.

Une étude exhaustive de cette effroyable période et des sacrifices qu'elle exigea couvrirait plusieurs volumes. Observons que le cyclisme n'est pas le sport qui a payé le plus lourd tribut à la Grande Guerre. Le football et encore plus le rugby viennent largement en tête de ce sanglant bilan.

Un article d'Eric Dubois

Mise à jour du 10 novembre 2016


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 10/11/2016 à 18:15

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2017 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126