Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Les dernières infos...21 novembre 2018  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Coll. P. Weecxsteen

Coups de Pédales

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2018

     Classement UCI

     Calendrier 2018

     Coupe France 2018

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

Liens cyclistes

L'actualité

Ajouter aux favoris




Gottfried Weilenmann est décédé

Décès de Jimmy Duquennoy

Décès d'Armand De Las Cuevas

Andreas Kappes est décédé

 Décès de Freddie Eugen

Arie den Hartog n'est plus...

Andres Gandarias est décédé

Décès d'André Desvages

 Mies Stolker est décédé

Disparition de Dominique Guénolé

Décès de Michel Pitard

Michael Goolaerts est décédé

 Arnaud Geyre nous a quitté

Décès de Jozef Timmerman

 Walter Boucquet est décédé

Décès de Karl-Heinz Kunde




16 novembre 2018

L'ancien vainqueur du Tour de Suisse, Gottfried Weilenmann, est décédé à l'âge de 98 ans. C'était en été 1949... En l'absence de Ferdi Kübler et Hugo Koblet, les icônes du cyclisme suisse avaient renoncé à participer à la 13ème édition du Tour de Suisse, Gottfried Weilenmann profitait de l'instant pour réaliser son rêve d'enfance. Après 8 étapes et 1874 kilomètres, il avait neuf secondes d'avance sur son compatriote Georges Aeschlimann. Le triomphe sur son Tour national fut son plus grand succès. En 1952, il remporta la médaille d'argent à la course sur route du Championnat du Monde au Luxembourg, laissant derrière lui de grands noms tels que l'italien Fiorenzo Magni, le français Louison Bobet et le belge Rik van Steenbergen. En 1953, Weilenmann met fin à sa carrière professionnelle.
Le 8 novembre, Gottfried Weilenmann s'est endormi paisiblement à la maison de repos de Lugano.



6 octobre 2018

Jimmy Duquennoy, coureur de 23 ans de l'équipe belge WB-AquaProtect-Veranclassic, est décédé vendredi soir. "Jimmy est mort inopinément vendredi soir à son domicile, a indiqué sa formation, classée en Continental Pro (2e division). Ce jeune homme était le plus jovial, le plus gentil, le plus ouvert... Il avait commencé ses classes dans notre équipe de formation Color-Code-Aquality Protect avant de réaliser son rêve en devenant coureur professionnel chez Wallonie Bruxelles en 2016". Il était né à Tournai le 9 juin 1995.
D'après les médias locaux, Jimmy Duquennoy aurait été victime d'un arrêt cardiaque. Il s'agit du troisième décès d'un coureur belge cette année après Michael Goolaerts, pendant Paris-Roubaix, et Daan Myngheer lors du Critérium international.

Source : L'Équipe



2 août 2018

Armand De Las Cuevas nous a quitté...
Timide, sensible, fragile et réservé il fallait le mettre en confiance, pour qu'il se laisse aller à la confidence, son âme torturée par un psychique qui ne l'était pas moins, retrouvait alors un semblant d'apaisement. Il n'a jamais pu enterrer ses utopies, il a passé sa vie à rechercher un graal qu'il n'a hélas jamais trouvé. Son existence le harcelait voire l'agressait, quand elle lui laissait du répit, lui à son tour se transformait en agresseur de sa vie. Pour ses pairs c'était DLC ou "Le Marquis" (Marquis du même nom qui avait relancé Les Ballets de Monte-Carlo dans les années 40). Considéré comme l'enfant terrible du cyclisme Français, il a lourdement payé sa franchise et ses nombreux coups de gueule. Il comprit trop tard, que toute vérité n'était pas forcément bonne à dire. Le milieu cycliste le jugea, avant d'avoir essayé de le comprendre. Habité par une certaine pudeur, il restait plus attaché à sa part d'ombre qu'à la lumière des apparences. Arrivé à Bordeaux en cours de saison 1983, Victor Caneiro le rencontre sur ses routes d'entrainements, son œil expert voit tout de suite le coursier en devenir, il le ramène à l'US Bouscataise de Max Laville. A partir de 1984 Armand va capitaliser les victoires, 18 en 1984, 20 en 1985, 31 en 1986, 17 en 1987, 15 en 1988. C'est grâce au regretté Dominique Arnaud, qu'il signe son premier contrat pro en 1989 chez Reynolds-Banesto. Armand n'avait que le cyclisme pour vivre, il confiait pourtant "le cyclisme était loin d'être ma passion de vivre, dès lors je n'ai jamais trouvé ma place dans ce milieu. J'ai fait juste ce qu'il fallait, pour exercer mon métier le plus correctement possible". Durand sa carrière Armand n'a touché le nirvana, que d'une manière parcellaire, mais il restera dans la mémoire collective, comme un phénomène qui a quand même épaté les foules. Le rêve de sa vie était s'installer au bout du monde, sur une ile aux plages paradisiaques. Il va réaliser son rêve en 2004, il semblait depuis bientôt une quinzaine d'années, avoir enfin trouvé une certaine sérénité. Hélas même au soleil la misère sous toutes ses facettes existe, Armand anéanti par le chagrin d'une rupture amoureuse, a choisi de partir vers d'autres ailleurs. Nous garderons de lui, dans les limbes de notre mémoire, le souvenir d'un garçon au regard triste, à la recherche perpétuelle de son devenir.
Il fut pro de 1989 à 1999 inclus sous les couleurs de : Reynolds 1989, Banesto 1990 à juin1993, Castorama juillet 1993 à 1995, Petit-Casino 1996, Banesto 1997 à 1998, Amica-Chips 1999. Tout en étant l'homme de confiance de M.Indurain dans les grands Tours, Armand a remporté 27 victoires chez les pros, les plus importantes : la 3ème étape de la Bicicletta Vasca en haut du Sanctuaire de Loyola devant Ekimov et Bugno, le G.P de Plouay, le Championnat de France sur route en 1991, le prologue du Tour de Romandie devant Dufaux et Mottet en1992, l'Etoile de Bessèges, les Nations chrono, la 7ème étape de Paris-Nice en 1993, Paris-Camembert, le prologue du Tour de Romandie devant Indurain et Bugno, le prologue du Giro devant Berzin, Indurain, Bugno, Argentin, le Tour de Burgos, la Classica San Sebastian (il passe 2 minutes à Amstrong, Tchmil, Bortolami et Bugno en 30 km en 1994), Saragosse-Sabinanigo en 1997, le Dauphiné, la Route du Sud + la 2ème étape en haut du plateau de Beille devant Boogerd et Ulrich en 1998. Pour le fun en 2006 il reprend une licence au vélo club Saint-Joseph de la Réunion, il va disputer l'Etoile de l'Océan Indien, il s'y impose dans 3 étapes, sur sa lancée il enchaine avec le Tour de l'Ile Maurice, où il soutient la lutte durant quelques jours avec C.Froome qui finira par l'emporter. Chez les juniors en 1986 il avait décroché 4 titres de champion de France, sur la route en ligne et 3 sur piste : poursuite par équipe, la course aux points et la poursuite individuelle. Armand était devenu éducateur du vélo club Saint-Joseph de la Réunion. Né le 26 juin 1968 à Troyes il est décédé sur l'Ile de la Réunion le 2 aout 2018.
Adieu l'artiste...

Gérard Descoubès



1er août 2018



L'ancien coureur allemand Andreas Kappes, spécialiste des courses de 6 jours (notamment avec Étienne De Wilde) mais aussi vainqueur du Het Volk 1991 et d'une étape du Giro la même année, est décédé, à 52 ans, d'un choc allergique causé par une piqûre d'insecte, dans la nuit de lundi à mardi. Ce sprinteur brêmois, très francophile, connu pour son élégance, avait notamment couru chez Toshiba avec Jean-François Bernard. Il avait remporté deux étapes de Paris-Nice, trois du Tour de Suisse, Paris-Camembert et le Tour de Picardie. À la fin des années 90, Kappes avait aussi décroché quatre médailles mondiales sur la piste : l'argent sur la course aux points en 1998, le bronze sur l'américaine en 1996, 1998 et 1999. Il avait stoppé sa carrière cycliste en 2001.



10 juin 2018



L'ancien coureur danois Freddie Eugen est décédé vendredi dernier, 8 juin 2018, à l'âge age 77 ans. Il était né le 4 février 1941 à Copenhague. Il a été professionnel de 1960 à 1970. Il résidait à Zürich, en Suisse, depuis 1961.
- Champion du Danemark de poursuite (individuelle sur 5 km) en battant Palle Lykke en finale.
- Vainqueur de 9 courses de 6 Jours (dont 7 avec Palle Lykke).
- Vainqueur d'étape sur le Tour de Suisse 1963.

Merci à Henrik Elmgreen



7 juin 2018



Arie den Hartog était né le 23 avril 1941 à Zuidland. Il est décédé aujourd'hui, jeudi 7 juin 2018. Professionnel de 1964 à 1970, il a notamment remporté Milano-Sanremo en 1965, la Volta a Catalunya en 1966 et l'Amstel Gold Race en 1967. Après sa carrière, il avait ouvert un magasin de cycle à Nieuwstadt.
Retrouvez ici quelques lignes de son palmarès.

Merci à Maurice Corten.



5 juin 2018

Andres Gandarias Albizu était né le 24 avril 1943 à Ibarruri dans la commune de Muxika en Biscaye. Il est décédé le 27 mai 2018 à Durango (Biscaye). Il avait terminé 5ème du Tour de France en 1969. Cette même année, il finira à la seconde place de la Vuelta a la Rioja. Professionnel de 1967 à 1978, il compte 4 victoires dont la 19ème étape du Giro 1976 et la Vuelta a Cantabria 1975. Il a couru pour KAS, WERNER, DE KOVA, LA CASERA, MONTEVERDE, TEKA et NOVOSTIL HELIOS.



4 juin 2018



André Desvages s'en est allé après une longue lutte contre la maladie. Il avait 74 ans.
Normand d'origine, il était né le 12 mars 1944 à Graye-sur-Mer, il est arrivé très jeune en Touraine, à Cerelles, sa commune de toujours. Il était ce que l'on appelle un surdoué du cyclisme.
Champion régional cadet et junior, il s'imposa à 18 ans dès son arrivée chez les amateurs, privilège réservé aux hommes de grande classe. A 19 ans, en 1963, le sociétaire de l'AV Tours confirmait de manière retentissante des débuts plus que prometteurs en gagnant le Grand Prix de la ville de Tours, épreuve de prestige qui s'était toujours refusée à un Tourangeau.
En 1964, il participait aux JO de Tokyo, puis sous les couleurs du CSM Puteaux il triomphait sur tous les terrains, des cendrées de la Course de la Paix aux cols pyrénéens du Tour de l'Avenir, en passant par les rudes parcours d'un Tour du Mexique. André Desvages aimait raconter toutes ces aventures que le cyclisme lui aura fait vivre, de par le monde.
En 1967, il fit une entrée fracassante chez les pros. Equipier de Merckx, il remportait deux étapes de Paris-Nice. L'année suivante, il accrochait une étape du Tour de France, Rouen - Bagnoles-de-l'Orne avant de laisser libre cours à sa vocation d'éducateur. A 26 ans, il devint le plus jeune directeur sportif de l'histoire. C'est à ce titre qu'à l'automne 1974, chez Gitane, il fit signer son premier contrat professionel à Bernard Hinault.
André Desvages entama ensuite une carrière commerciale comme importateur d'accessoires pour cycles. Mais il avait une autre passion, celle des chevaux. Et il en parlait également très bien, lui qui fut un éleveur au talent reconnu. Il n'a cependant jamais perdu de vue le cyclisme. Président du comité d'Indre-et-Loire durant un mandat à partir de 2008, il oeuvrait également sur la Roue Tourangelle, où il aura été, pendant plusieurs années, le pilote, toujours attentionné, de notre journal.

Source : La Nouvelle République



3 juin 2018



Michiel Johannes Stolker appelé Michel Stolker ou Mies Stolker, était né le 29 septembre 1933 à Zuilen. Il est décédé le 28 mai 2018 à Etten-Leur.

Merci à Valère Van Driessche.



28 mai 2018



Dominique Guénolé est mort comme il a vécu, sur son vélo...
Ce monsieur sympathique, à vrai dire méconnu dans notre région, anonyme parmi les anonymes des fameuses sorties de Léognan, possédait un passé cycliste avant de venir s'installer en Gironde en 2014. Né le 30 janvier 1949 à Drancy, il avait débuté en cadet à l'U.S. Créteil en 1965. Il va mener de pair une carrière cycliste avec celle d'étudiant, donnant dans un premier temps la priorité aux études, il sera diplômé de la Sorbonne avec une licence de géographie. Son avenir assuré, il va se consacrer plus assidument au cyclisme. Bien qu'il n'ait pas laissé un nom ronflant à la tête d'un palmarès fourni, tout le monde se souvient de lui en région Parisienne. Attaquant né, il ne pouvait se complaire en peloton, il courrait devant, sans son légendaire manque de vitesse terminale, il aurait pu se bâtir un palmarès enviable. En 1971 dans Paris-Egreville il réalise la course pratiquement parfaite, il hérite de la 3ème place ne pouvant rien devant le déboulé final du dernier des Guyot (Serge). En 1972, il arrive de nouveau pour une gagne, celle de Paris-Ezy, la reine des classiques amateurs avec Paris-Rouen. Là encore, il ne peut endiguer les finishs de Rachel Dard et Régis Ovion, il échoue à la 5ème place. Bien qu'il ne figure pas à la 1ère place des belles classiques Parisiennes, il a laissé son empreinte profonde dans chacune d'elle. Il a cependant laissé sa trace dans le grand-prix Chobillon, une course disputée sur l'autodrome de Montlhéry, par les 20 meilleurs clubs parisiens, par équipe de 6 coureurs chacune. Il reste le seul à ce jour à l'avoir remportée 6 fois, 2 fois en cadet, 2 en junior, 2 en senior, un record pour l'éternité, puisque l'on a plus le droit de courir depuis longtemps sur l'autodrome. Ses autres titres de gloire sont la semi-classique Versailles-Dourdan qui le voit s'imposer en 1980 et son championnat de France master en 2001 où il s'impose devant l'ex-pro Walter Ricci. Durant sa très longue carrière, il a porté les couleurs des clubs suivants : U.S. Créteil 1965 à 1966, U.C.V.M. Boissy-Saint-Léger de 1967 à 1969, U.C. Longjumeau-La Hutte de 1970 à 1974, ASCEV Villeneuve-Saint-Georges de 1975 à 1977, Corbeil-Essonnes de 1978 à 1994, ASCEV Villeneuve-Saint-Georges de 1995 à 2006, SC Gretz-Tournon de 2007 à 2010, et un dernier retour à ASCEV Villeneuve-Saint-Georges de 2011 à 2014, avant de venir s'installer en Gironde, où il portait les couleurs du club UFOLEP du Guidon Portesien, comme licencié 2ème catégorie. Ce 20 mai 2018, lui qui avait voué une partie de son existence au cyclisme, sa passion d'une vie est venue, insidieuse et sans vergogne lui reprendre, à lui et tous les siens, ce qu'elle avait prêté depuis toujours, le bonheur sur un vélo.

Gérard Descoubès



19 mai 2018

Michel Pitard parti en pratiquant sa passion...
Né le 22 août 1950 à Neuillac, ce sympathique coursier charentais, vient de décéder ce dimanche 6 mai 2018, victime d'un malaise fatal, alors qu'il s'adonnait à une sortie cycliste entre copains. Passionné de compétition et aimant le cyclisme par-dessus tout, il a passé la moitié de sa vie sur un vélo. Garçon taiseux et discret il ne se mettait jamais en avant, il fallait le questionner sérieux, pour qu'il tende l'oreille et vous parle de sa carrière, qui s'est étalée de 1967 à 1994 inclus. Dès sa première saison Michel décrochait 13 victoires en junior et 4e catégorie, avec un palmarès fort de 60 bouquets, 1971 le voyait effectuer son service militaire au Bataillon de Joinville. Curieusement c'est au retour de l'armée, alors qu'il a réalisé une toute petite saison, qu'il signe son contrat pro le 15 septembre 1972 chez Gitane Frigécrème où il retrouve J.Zoetemelk. En 1973 il va devenir un passager clandestin de la gloire, sous la forme de sa seule victoire chez les pros.Dans le prologue du Tour d'Indre et Loire, un chrono par équipe remporté par Gitane Frigécrème il passe en tête de sa formation sur la ligne, ce qui lui octroie le maillot de leader. Mais ce jour-là, lui le jeune pro, n'a-t-il pas commis un crime de lèse-majesté en brûlant la politesse aux anciens de l'armada Gitane, Gérard Vianen en tête ? Par la suite, mis à part Liège-Bastogne-Liège où il prit une anonyme 62e place, il ne courut pratiquement plus, le groupe Gitane semblant le tenir à l'écart pour le reste de la saison. Hélas pour le joli coursier en devenir qu'il était, il ne fit que passer chez les pros, il n'en fut pas acteur, même pas une vague utilité, on ne lui fit pas de cadeaux.Redevenu amateur en 1974 il s'impose à 24 reprises,son plus joli succèsde l'année reste l'Essor Breton, les années qui vont suivre seront du même tonneau, 12 victoires en 1975, 13 en 76, 23 en 77, 27 en 78, 25 en 79, 18 en 80. A partir de 1981 il va faire une reconversion en agriculture, pour s'investir dans sa propriété viticole, tout en continuant à courir dans sa région. Toute sa carrière il montra sa fidélité au club du Vélo club Pons, excepté ses deux dernières saisons où il émigra au vélo club Montendre. A sa retraite cycliste son palmarès présentait 230 victoires.Au fil des années il a sunous laisser d'infimes bouts de lui-même, dans toutes les courses de la région, pour que l'on continu de penser à lui.

Gérard Descoubès



9 avril 2018

Victime d'un arrêt cardio-respiratoire lors de Paris-Roubaix dimanche, le coureur belge Michael Goolaerts est décédé dans la soirée. Il était âgé de 23 ans. Le Belge de l'équipe Veranda's Willems s'est effondré sur le deuxième secteur pavé de la course. Il est mort dimanche soir à l'hôpital de Lille. Il était né à Lierre le 27 juillet 1994.
Toutes nos pensées vont vers sa famille, ses proches et ses amis.
MDC tient à présenter ses sincères condoléances attristées.





17 mars 2018



Arnaud Geyre, le "Pin-up Boy" des pelotons s'efface...

1.83 m pour 67 kg, une allure de mannequin à la jolie gueule, Arnaud avait avant tout la passion de la vie. Il aimait les belles filles, les cartes et le vélo. Il passait des nuits entières à jouer, délaissant l'entrainement le jour. Sa classe innée et si pure, avait souvent compensé chez les amateurs, son manque d'assiduité envers le cyclisme. Deux grands coureurs de sa région Robert Cazala et Marcel Queheille aiment dire encore "heureusement qu'il n'était pas toujours dans le sérieux du coureur, si non nous n'aurions jamais pu gagner une course". L'apogée de sa carrière s'étale sur quatre saisons 1955 à 1958, après il ne sera que l'ombre du brillant amateur qu'il fut. Professionnel de 1959 à 1963, il sembla désabusé et trainer une certaine misère, le brillantissime l'avait quitté. Après son expérience pro, il se fit reclasser indépendant deux saisons 1964 et 1965.
Arnaud, élancé, si séduisant et harmonieux sur sa machine, avait frisé l'exploit en 1956 aux Jeux Olympiques de Melbourne. En plein été austral sous une chaleur torride, pour avoir réagi avec un temps de retard, à l'attaque solitaire du grand rouleur Italien Ercole Baldini il échouait à la deuxième place du titre Olympique sur route. Quelques semaines plus tard sur le circuit Danois extra plat de Ballerup, à l'issue d'un sprint de 80 coureurs qui allait décerner sous le déluge, le titre mondial des amateurs il décrochait une 8ème place. Autre déception, seul Popof Graczyk l'avait devancé au Championnat de France sur route, unique consolation, la médaille d'Or du classement par équipe des JO à Melbourne, avec ses copains M. Moucheraud et M. Vermeulin. Ses plus belles victoires en amateur sont : Champion de Guyenne sur route, la 4ème étape de la route de France (7ème) la course de sélection pour le mondial de Fracasti en Italie, le Martini à Bayonne en 1955, la 4ème étape de la route de France (33ème), 2ème de Bordeaux-Dax en 1956, champion de France sur route des sociétés avec l'ACBB, Champion de l'ile de France route des sociétés avec l'ACBB, Champion de France sur piste par équipes, le grand prix des vins blancs d'Illats en 1957. En indépendant il s'est imposé dans : Paris-Auxerre, la 1e étape du Tour de l'Aude pro, la 3ème étape (chrono) du Tour de l'Aude pro, la 3ème étape de la route de France en 1958. En professionnel il remporte les Boucles du Bas Limousin, le Prix de Tulles, 7ème du Tour de l'Ouest, 13ème du championnat de France sur route en 1959, 1er à Dax, 3ème des Boucles de la Seine en 1960, 1er de la 2ème étape du Tour de l'Aude, 1er du Tour de l'Hérault, 1er à Sète en 1961. Sa toute dernière victoire, il la cueille à Labarthe de Neste en 1964. Durant sa carrière il a porté les couleurs des clubs suivants : Cyclo Club Béarnais de 1952 à 1956 + 1960 à 1963, ACBB de 1957 à 1959, Vélo Club Tarbais 1964 à 1965. Ses groupes sportifs furent : Ducos 1954 à 1955, Thomann 1956, Helyett-Potin 1957 à 1959, Mercier-BP 1960 à 1962, Egas-Peintures Espagne 1963. A sa retraite cycliste, il prit la tête d'une grosse succursale automobile Peugeot dans l'Aine.
Né le 21 avril 1934 à Pau, il est décédé le 20 février dernier à Château-Thierry dans l'Aisne. Ce splendide coursier qui avait le temps d'instants furtifs, rêvé de voler au-dessusdes pelotons, s'est à l'image d'Icare, brulé les ailes. De sa chaotique trajectoire, il nous a malgré tout laissé, de beaux souvenirs d'aventures cyclistes.
Salut à toi joli magicien, repose en paix.

Gérard Descoubès



15 mars 2018



Jozef Timmerman, L'ancien coureur de chez GROENE-LEEUW et WILLEM II, est décédé le samedi 10 mars 2018 à Knesselare. Il était né le 30 octobre 1941 à Knesselare. A son palmarès, on retrouve sa victoire au G.P de la Basse-Sambre en 1966, sa 1ère place à Ruddervoorde en 1968 et son bouquet à Assebroeck en 1970.
Merci à Valère Vandriessche



14 février 2018

L'ancien coureur Belge Walter Boucquet est décédé le 10 février 2018 à Ingelmunster. Il était né à Meulebeke le 11 mai 1941.
Retrouvez l'essentiel de son palmarès ici.



17 janvier 2018



L'ancien coureur cycliste allemand de Cologne Karl-Heinz Kunde, professionnel de 1962 à 1973, est décédé quelques jours après avoir fêté son 80ème anniversaire le 6 janvier, a annoncé mardi la fédération allemande de cyclisme (BDR). Il avait porté le maillot jaune du Tour de France pendant cinq jours en 1966, avant de finir 9ème et 1er allemand à Paris. Il a participé cinq fois à la Grande Boucle. Petit gabarit d'1m59 mais excellent grimpeur, Kunde avait pris la 5ème place du mondial sur route de 1965 remporté par l'Anglais Tom Simpson devant l'Allemand Rudi Altig, le Belge Roger Swerts et le Néerlandais Peter Post à Lasarte-Oria en Espagne. Kunde était 2ème la même année du Dauphiné-Libéré derrière les deux grands rivaux français Jacques Anquetil et Raymond Poulidor.
"On a souvent roulé ensemble et je peux vous dire qu'il avait encore une très bonne condition physique et un sacré coup de pédale", témoigne le vice-président de la BDR Marcel Wüst. "C'était un véritable sportif dans l'âme. Je le regretterai beaucoup..."
Karl-Heinz Kunde était né le 6 août 1938 à Cologne.

Source : Le Soir


Fichier mis à jour le : 16/11/2018 à 17:09

   Dernières news

Toutes les infos


Nord-Pas de Calais


Vélodrome couvert de Roubaix



 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2018 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126