Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Les dernières infos...16 decembre 2017  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Coll. P. Weecxsteen

Coups de Pédales

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2017

     Classement UCI

     Calendrier 2017

     Coupe France 2017

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

Liens cyclistes

L'actualité

Ajouter aux favoris




 

Valentin Huot est décédé

Décès de Willy Schroeders

Décès de Fernand Picot

Mathieu Riebel est décédé

Reginald Arnold est décédé

Décès d'Albert Bouvet

Décès de Linas Rumsas

Chad Young n'a pas survécu...

Michele Scarponi est décédé...

Décès de Nicole Van den Broeck

Disparition de Raymond Reisser




22 novembre 2017



Valentin s'est envolé...

Né le 1er mai 1929 à Cressenseac-et-Pissot, il est décédé chez lui, à Manzac-sur-Vern en Dordogne, le 21 novembre 2017.
Ce bon grimpeur au punch redoutable, spécialiste des circuits aux côtes à fort pourcentage, où pouvait s'extérioriser sa giclette nerveuse. Individualiste notoire et chronique,il avait le bon chic pour se mettre tout le peloton à dos. En 1958 alors qu'il se trouve pratiquement au sommet de son art, il est écarté du Tour de France, à la suite du véto lancé contre lui, par les directeurs sportifs des équipes, pour qu'il ne soit pas sélectionné. Bête noire de l'équipe de France, jalousé et peu apprécié jusqu'au sein de sa propre équipe, Valentin n'a jamais évolué dans un climat favorable à son plein épanouissement. Il lui aura donc fallu une belle dose de classe, pour réussir à se bâtir un palmarès, qui a certainement dû faire saliver ses adversaires, l'heure de la retraite venue. Pour Valentin rien ne fut facile, sur le vélo il n'a jamais fait de cadeaux à personne, le retour fut largement à la hauteur, mais une chose est sûre, il peut être fier de ses victoires car il ne les doit qu'à lui-même. Valentin avait débuté en 1951 et raccroché en mars 1964 après la saison de cyclo-cross, il fut pro de 1954 à 1962 inclus. Il porta les couleurs de : Tendil 1951 et 1952, Terrot de 1953 à 1955, Rochet 1956, Mercier BP de 1957 à1964. Il fut coureur dans les clubs de : US Bergeracoise de 1951 à 1952, CC Bergeracois en 1953, CC Périgueux de 1954 à 1960, 1961 à 1962 aux Girondins de Bordeaux, 1963 à 1964 au CC Périgueux. Ses plus grandes victoires sont : ses 2 titres de champion de France en 1957 et 1958, Paris-Limoges 1954, le Midi-Libre en 1960, 3 fois le grand prix de Cenon 1954, 1955, 1959, etc... Il a participé à 6 Tours de France : 1954 abandon 13e étape, 1955 abandon 2e étape, 1956 62e, 1957 abandon 12e étape, 1959 48e, 1961 39e. Il savait comme personne, préparer les championnats, en plus de ses 2 titres, il s'est aussi classé dans ces épreuves : 8 en 1956, 4 en 1960, 7 en 1961, et 6 du mondial de 1958. Valentin vient de s'échapper pour la dernière fois, aujourd'hui, reste son nom à jamais gravé,dans le marbre de la belle histoire du cyclisme.
Anecdotes : Lors de son premier titre national remporté à Châteaulin en 1957 une polémique était née. Echappé avec M. Rohrbach, ce dernier lui avait lancé son fameux "je veux bien continuer à rouler avec toi mais il faut que je gagne" Valentin avait répondu "O.K.". Dans la dernière bosse à trois bornes du but, Huot oubliait son accompagnateur en route, pour franchir la ligne d'arrivée avec dix-huit secondes d'avance. Rohrbach criant au scandale, Valentin s'expliquera en ces termes "je ne lui ai jamais promis la victoire, j'ai juste voulu lui faire comprendre, que s'il continuait à rouler et qu'il soit plus fort il gagnerait forcément". Bonjour l'ambiguïté, mais en y réfléchissant mieux notre très rusé Valentin se trouvait dans le vrai.
Dans le Tour de France 1956 Valentin a fait jeu égal dans la montagne (il est passé en tête au sommet des cols de l'Izoard, Montgenèvre et l'Aubisque) avec Charly Gaul et Federico Bahamontes. Il se retrouve troisième au classement du meilleur grimpeur, à quelques points du Luxembourgeois et de l'Espagnol. Dans les bosses des dernières étapes, lui le puncheur, pense avec juste raison, qu'il va aisément gommer les points qui le séparent de la première place. Eh bien non ! il restera troisième, ses remerciements pourront se diriger, vers les sprinters de l'équipe de France les Forestier, Bauvin et compagnie, qui avaient disputé tous les points en haut des bosses, pour protéger la place de leader de Gaul.

Gerard Descoubès



31 octobre 2017

L'ancien champion belge Willy Schroeders est décédé le 28 octobre der nier à Woluwé-Saint-Lambert. Il était né à Sint-Agata-Rode le 9 décembre 1932. A son palmarès, on peut noter, entre autres, sa victoire à Bruxelles-Ingooigem en 1963, sa 1ère place au G.P Stad Vilvoorde en 1962, sa victoire dans la 3ème étape du Giro d'Italia en 1961, le G.P des Ardennes en 1959, la 2ème étape de la Volta a Catalunya 1957, ou encore sa 1ère place dans le G.P du Brabant en 1956.
Son palmarès complet devrait être en ligne avant la fin de l'année.



24 octobre 2017

Avant de franchir le rubicon, Fernand a remporté plus de 100 courses chez les amateurs avec la bagatelle de 24 victoires en 1949 ! Il prenait la seconde place du circuit de l'Aulne 1951 derrière Robert Desbats et devenait champion de Bretagne des sociétés en 1952, à Saint-Brieuc. Il s'imposait dans de nombreuses courses en Bretagne, comme en 1951 à Bubry, La Feuillée et le Relecq-Kerhuon en 1952 et surtout sur 2 étapes de la Route de France 1953, sur la 1ère à Chaumont et la 6ème à Pougues-les-Eaux.
En 1954, passé professionnel, il s'imposait sur le circuit de l'Aulne et la 11ème étape de la course de la Paix, épreuve qu'il terminera à la 4ème place finale. L'année suivante, il remportait 2 étapes et le classement final du tour de Champagne ainsi que l'épreuve de Saint-Renan. En 1956, la 3ème étape du Dauphiné Libéré tomba dans son escarcelle et il en remporta également deux autres l'année suivante, savoir la 3ème et la 9ème !
Cette année 1956 gardera un goût amer pour le Pontivyen car il aurait dû remporter le maillot vert du tour de France ! Il fut longtemps second du classement général et premier du classement par points mais une chute dans les Alpes ruina tous ses espoirs ! Il termina ce tour de France au courage et prit la 18 ème place. En 1958, il leva les bras sur la 6ème étape de Paris-Nice ainsi que sur les critériums de Ploneur-Lanvern, Ussel et Lorient. L'année suivante, il remportait la 2ème étape du Midi-Libre. En 1961, il s'imposait sur Gênes-Nice, le grand prix de Plouay, la Mi-Août Bretonne et glanait le classement par points du Dauphiné-Libéré ! Il remportait une nouvelle fois le grand prix de Plouay en 1963.
Parmi ses nombreuses places d'honneurs, relevons trois secondes places, en 1955, sur le tour de l'Ouest, derrière Marcel Jenssens, Paris-Vimoutiers et Paris-Bourges, et la 3ème place du Dauphine-Libéré 1956. Il prenait également la seconde place du grand prix de Saint-Raphael 1958, du Critérium National 1959 et du grand prix de Nice 1961.
A noter, qu'en 1964, il prenait la 6ème place d'un championnat de France, remporté par Jean Stablinski devant deux Bretons, Georges Groussard et André Foucher. Sur le tour De France son plus grand regret est de n'avoir jamais remporté d'étapes ! Il a terminé à plusieurs reprises à la seconde place d'étapes. Retenons en 1956 sur les 2 et 3ème étapes, en 1957 sur la 5ème et en 1961 sur la 14ème. Il prenait également la 3ème place en 1957 sur la 2ème et en 1959 sur la 14ème. Pour mémoire, il a également remporté le cyclo-cross de Lanarvily en 1963 et 1964.

Fernand Picot était né le 10 mai 1930 à Pontivy où il est décédé le 22 octobre 2017.
Retrouvez un aperçu de son palmarès.

Source : Sportbreizh



20 octobre 2017



Mathieu Riebel a heurté une ambulance et serait mort sur le coup. Le drame s'est produit dans la descente du col de la Pirogue à Païta, une commune périphérique de Nouméa. "Son coéquipier (Erwan Brenterch) a eu un souci mécanique, a déclaré Gérard Salaun, le président du comité régional de cyclisme de Nouvelle-Calédonie. Il l'a attendu puis il a voulu rattraper le peloton et a coupé un virage, à environ 80 km/h". avant de percuter une ambulance, qui venait en sens inverse. D'après les premières informations, la circulation avait été interrompue mais pas bloquée.
Erwan Brenterch, également accidenté, souffre, de son côté, d'une fracture à une jambe et a été évacué vers l'hôpital. Il s'agissait de l'avant-dernière étape du Tour de Nouvelle-Calédonie. Celui-ci avait débuté le 13 octobre pour un périple de 870 kilomètres autour du Caillou. 62 coureurs avaient pris le départ. "C'est affreux, un gamin de 20 ans... Il m'avait demandé hier de prolonger son séjour en Calédonie, a tristement déclaré Gérard Salaun. Le Tour est fini. Demain, le peloton fera un tour du Mont-Dore (dans la banlieue de Nouméa) sans course pour rendre hommage à Mathieu. Il était si content d'être ici."
Mathieu Riebel était né le 2 janvier 1997.
Source : L'Équipe



24 juillet 2017

L'ancien champion Australien Reginald Arnold est décédé hier à Nerang (Queensland, Australie).
Encore une page de l'Histoire du cyclisme qui se tourne...
J'avais eu l'immense plaisir et le grand honneur de passer une journée avec lui alors qu'il visitait la France. Un souvenir impérissable.
Repose en paix, Champion...
Vous pouvez feuilleter son palmarès ici
Merci à son neveu, Marcus Arnold.



20 mai 2017

Albert Bouvet est décédé ce samedi à l'âge de 87 ans dans l'Essonne. Il était né le 28 février 1930 à Mellé (Ille-et-Vilaine). Il avait consacré toute sa vie au cyclisme, d'abord comme coureur puis comme organisateur. Sur la piste, il excellait en poursuite, discipline où, à deux reprises (en 1957 et 1959), il devint vice-champion du monde, battu à chaque fois par Roger Rivière. Sur la route, il s'illustra en remportant Paris-Tours (en 1956), au terme d'une longue échappée, avec un peloton entier à ses trousses. Avenue de Grammont, il attendit pendant 42 ans un successeur français, Jacky Durand (en 1998). Son surnom «le Bouledogue de Fougères» soulignait sa puissance et ses racines bretonnes. Albert Bouvet appartenait à la grande équipe de France qui aida Jacques Anquetil à enlever son premier Tour de France en 1957 et rafla presque tout cet été-là.
Après sa carrière de coureur cycliste, Albert Bouvet rejoignit "Le Parisien-Libéré" puis la Société du Tour de France (devenue Amaury Sport Organisation) où il travailla aux services sportifs pendant près de 30 ans dans un rôle d'adjoint des grands patrons du Tour, Jacques Goddet, Félix Lévitan, Jean-Marie Leblanc. En 1968, à la demande de Jacques Goddet, il redynamisa le parcours de Paris-Roubaix en trouvant, avec l'aide de son ami Jean Stablinski, les secteurs pavés qu'affrontent toujours aujourd'hui les coureurs, dans le Cambrésien et le Valenciennois.
Jusqu'au bout, Albert Bouvet est resté fidèle au cyclisme. Il ne manquait pas de regarder une course cycliste à la télévision. Ces derniers jours, le Tour d'Italie, diffusé sur la chaîne L'Equipe, occupait ses après-midis.
Source : L'Équipe



3 mai 2017

Quelques jours après les disparitions de l'Italien Michele Scarponi (renversé par une voiture à l'entraînement), de l'Américain Chad Young (victime d'une chute sur le Tour de Gila), et du Champion de Namibie Raul Costa Seibeb (tué dans un accident de voiture), Linas Rumsas est décédé le lundi 1er mai. Il était né le 4 octobre 1995.
Le jeune coureur lituanien de l'équipe ALTOPACK-EPPELA a été retrouvé mort lundi à son domicile. Les causes de son décès ne sont pas encore connues, mais Linas Rumsas aurait été victime d'un malaise.
Fils de Raimundas Rumsas, champion de Lituanie en 2002 et troisième du Tour de France la même année, Linas Rumsas s'était signalé en remportant le championnat national espoirs et en s'illustrant à deux reprises cette saison sur des courses italiennes. Le fils de Raimundas Rumsas avait ainsi terminé sur le podium du Poggio alla Cavalla, avant de terminer cinquième de la Terranuoeva Bracciolini.
Source : Gazzetta dello Sport



29 avril 2017

Le jeune espoir américain, Chad Young, n'a pas survécu à ses blessures. C'est par un message posté sur Twitter que l'équipe cycliste américaine Axeon Hagens Berman a annoncé, ce samedi, le décès de Chad Young. Le jeune coureur de 21 ans est lourdement tombé, dimanche dernier, lors de la dernière étape du Tour de Gila (sud-est des États-Unis). Lors de son arrivée à l'hôpital, les médecins ne semblaient pas optimistes sur l'état du jeune coureur, gravement touché à la tête. Son pronostic vital était engagé depuis dimanche. Il a finalement succombé à ses blessures. Il était né le 8 juin 1995.
Source : L'Équipe



22 avril 2017

Michele Scarponi, vainqueur du Tour d'Italie en 2011 après la disqualification d'Alberto Contador, est décédé ce samedi matin dans un accident de la route alors qu'il était à l'entraînement.
Michele Scarponi (37 ans) est décédé suite à un accident de la route survenu pendant une séance d'entraînement. Percuté par un van, le vainqueur du Tour d'Italie 2011 (suite à la disqualification d'Alberto Contador), serait mort sur le coup.
Après avoir débuté sa carrière professionnelle en 2002 au sein de l'équipe Acqua & Sapone-Cantina Tollo, il a rapidement obtenu un rôle important la saison suivante en s'engageant chez Domina Vacanze-Elitron. En 2003, il se distingue en terminant 16e du Tour d'Italie et 13e du Tour d'Espagne. Cette même saison, il avait échoué à se placer sur le podium de Liège-Bastogne-Liège (4e) et de la Flèche wallone (7e)
Mis en cause dans l'affaire Puerto, il a été suspendu dix-huit mois après avoir avoué s'être procuré des produits dopants auprès du docteur Fuentes. Il n'a repris la compétition qu'en 2008, avec l'équipe Serramenti. C'est sous les couleurs de la Lampre qu'il a remporté le Tour d'Italie, initialement achevé à la deuxième place. La victoire lui est finalement accordée en 2012 lorsque le Tribunal arbitral du sport (TAS) sanctionne Alberto Contador pour son contrôle antidopage positif lors du Tour de France 2010. En 2012, il a été suspendu trois mois pour avoir collaboré avec le médecin Michele Ferrari.
C'est sur les routes italiennes que Scarponi s'est le plus souvent distingué : avant son succès en 2011, il avait remporté trois étapes du Giro (deux en 2009 et une en 2010). Il a fini trois fois quatrième de l'épreuve (2010, 2012, 2013). S'il n'a jamais vraiment brillé sur les routes du Tour de France (24e, meilleur classement en 2012), il s'est hissé dans le Top 15 des quatre Tours d'Espagne qu'il a terminés.
Michel Scarponi s'était distingué cette semaine en dominant la première étape du Tour des Alpes, devenant par la même occasion le premier leader du classement général. Il avait terminé l'épreuve, dominée par le Britannique Geraint Thomas (Sky), à la quatrième place derrière son compatriote Domenico Pozzovivo (AG2R).
"C'est une trop grande tragédie pour qu'elle puisse être écrite", a communiqué l'équipe Astana. Michele Scarponi est décédé ce (samedi) matin alors qu'il s'entraînait sur son vélo près de chez lui à Filottrano. Il a été percuté par un van à une intersection. Michele a terminé quatrième du Tour des Alpes hier (vendredi) à Trente. Il est ensuite rentré chez lui à Filottrano en voiture avec son masseur et était chez dans la soirée avec sa famille. Il est sorti tôt ce matin à l'entraînement quand la tragédie est arrivée.
Source : L'Équipe



21 avril 2017



L'ancienne cycliste Nicole Van den Broeck est décédé le lundi 17 avril 2017, à l'âge de 70 ans. Elle avait été Championne du Monde à Barcelone en 1973, et a remporté cinq fois le Championnat de Belgique sur route (1969, 1970, 1973, 1974 et 1977).
Elle était née le 9 novembre 1946 à Meise



5 avril 2017

Cyclisme : La dernière échappée de Raymond Reisser...
Raymond Reisser, l'ancien patron du Circuit des Mines, s'est éteint, ce mardi, à l'âge de 86 ans. Coureur, directeur sportif et organisateur, il a passé sa vie dans le peloton.
L'histoire est belle à en pleurer. Raymond Reisser, 86 ans, a poussé son dernier souffle, ce mardi après-midi à Metzervisse, à l'heure où étaient célébrées les obsèques d'Odette qu'il avait épousée en 1955. Son ultime échappée...
Ce matin, le cyclisme lorrain est orphelin d'un homme qui a dédié sa vie à la petite reine. La menant sur grand braquet, tour à tour coureur, directeur sportif puis organisateur. Dans le vélo, il aura ainsi enfilé toutes les casquettes comme on avale les kilomètres. Trois facettes pour une même passion. D'abord coureur pendant quatorze années, dont quatre comme professionnel de 1955 à 1958, avec deux participations au Tour de France (1955 et 1956). C'est à cette époque que le natif de Lyon, réputé pour sa pointe de vitesse, est venu s'installer en Lorraine après avoir tapé dans l'œil de Pierre Virlat, le patron des cycles Nancia. Après 153 victoires, il met un terme à sa carrière de cycliste. Avec un seul regret : "Je n'ai pas réussi à gagner les Mines. En 1959, j'avais pris le maillot après la première étape, mais j'avais trop de monde sur le dos pour pouvoir le conserver." Cette course marquera son existence.
Mais avant d'en devenir son organisateur aux côtés d'Egide Michelin, qui avait fondé l'épreuve en 1956 avec Dominique Pinchi, Raymond Reisser a transmis son expérience en tant que directeur sportif. « Avec lui, la priorité, c'étaient les coureurs. Il leur donnait tout. Mais il n'aimait pas perdre. Et ça n'allait pas si on terminait deuxième », se souvient Zbig Krasniak, l'un de ses anciens protégés à l'UC Messina Amnéville qu'il a emmené à la victoire aux Mines en 1983. « Je préfère voir un coureur finir à la vingt-cinquième place en s'étant donné à fond plutôt que deuxième en ayant sucé les roues », expliquait l'exigeant technicien. Il a été tout aussi pointilleux quand il a œuvré à la relance du Circuit des Mines dans les années 70. Chaque saison, le directeur technique dessinait avec passion le tracé. Quitte à bousculer les autorités. « Dans ce domaine, il a été hors pair », confie Jean-Jacques Boschetti, trésorier de l'épreuve qui compte notamment Joop Zoetemelk à son palmarès (1969). Au fil du temps, la course a gagné ses lettres de noblesse au point de devenir 100 % professionnelle en 2005 et d'intégrer le calendrier de l'UCI Europe Tour. Malheureusement, faute de moyens financiers conséquents, la belle histoire s'arrêtera en 2012, sur une victoire de Nacer Bouhanni. Le coup sera rude à encaisser. Depuis, sa voix ne résonnait plus sur les ondes de Radio Tour. Hier, elle s'est totalement éteinte.

Maxime RODHAIN - Le Républicain Lorrain.



Fichier mis à jour le : 22/11/2017 à 18:25

   Dernières news

Toutes les infos


Nord-Pas de Calais


Vélodrome couvert de Roubaix



 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2017 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126