Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Les dernières infos...30 novembre 2022  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès réservé

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2022

     Classement UCI

     Calendrier 2021

     Coupe France 2022

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

Forum

L'actualité




 

Jean Deloche est décédé

Henri Anglade est décédé

Décès de Brian Robinson

Gerben Karstens est décédé

Francis Brizon est décédé

Décès de Robert Verdeun

Décès de Fernand Delort

Herman Van Springel est décédé

Constant Gossens est décédé

Décès de Jean Bobet

Bernard Labourdette est décédé

Marie-Rose Gaillard n'est plus...

Décès de Julio Jimenez

Harm Ottenbros est décédé

Pol Mahieu est décédé

André Messelis nous quitte...

Décès de Dirk Vermeersch

Décès d'Elie Rascagnères

Anatole Novak est décécé




15 novembre 2022



Jean Deloche le "Lévrier de la route" n'est plus...
Ce magnifique spécimen de coursier, avait guerroyé toute une décennie sur les routes de France et de Navarre. Cet homme droit et honnête fut un coureur estimé et respecté de tout le peloton, il ne rechignait jamais à la tâche dans les échappées, énorme rouleur, certains lui doivent quelques jolies lignes de leur palmarès. Ce beau lévrier de la route, aux efforts désordonnés qui flirtait avec une belle naïveté chronique, pas vraiment véloce mais toujours capable de vous faire une dernière borne supersonique, pour vaincre devant les plus rapides de son époque. Présélectionné Olympique pour les jeux d'Helsinki de 1952, une chute terrible à Saint-Roland-les-Peintures, où il se retrouve dans le coma à l'hôpital, l'écartera de la sélection définitive. Bien qu'il fut l'un des maitres de l'aristocratie du talent chez les indépendants, il ne put jamais passer pro. Néanmoins dans leur proximité il vivra une coexistence rêveuse en évoluant sur les rivages de la gloire, dans les Tours de Picardie, de l'Aude, de l'Ariège, de Champagne, du Sud-Est, de l'Oise, d'Aquitaine où il s'impose dans la 2ème étape 1961. Il disputera également au milieu d'eux, de belles courses en lignes, Paris-Camembert, le circuit du Cher, le circuit de l'Indre etc...
Durant sa carrière débutée en 1949 et terminée en 1965, il a remporté 59 victoires, les plus grandes restent, 3 titres de champion de Guyenne des sociétés chrono 1953, 1959 et 1963, les vins du Blayais à Cézac 1955, la 3ème étape du Tour de Bretagne 1956, la 2ème étape 81 km chrono avec l'équipe du Sud-Ouest de la Route de France 1956, Bordeaux-Rochefort 1959, la 2ème étape du circuit d'Aquitaine 1961, le critérium international de Saint-Martial-de-Valette 1961, La Ronde d'été à Lalinde 1962 et 1964, champion de France des PTT à Nantes 1962, Saillat/Vienne 1963, nocturne du chasselas à Prayssas 1964, Vergt 1965. Il a porté les couleurs des clubs de : Jard-Mérignac de 1949 à 1951, ASPTT de Bordeaux de 1952 à 1962, C.C. Bordelais de 1963 à 1964, C.C. de Lalinde 1965. Honoré les couleurs de : Peugeot de 1949 à 1951, Vélor Alcyon 1952, Verdeun Gitane 1953, Alcyon Dunlop 1955, Thoman Alcyon Dunlop 1956, Mercier BP de 1957 à 1959 + 1963, Margnat Rochet 1960, Kas Royal Asport 1961, Margnat Paloma 1962, Peugeot Castelvin Berger Gitane 1964, Polyrey 1965.
Jean était né le 25 novembre 1932 à Paris, il est décédé ce 5 novembre à Libourne. Après le vélo il était devenu VRP en Vins. Avec son départ à l'âge vénérable de 89 ans, nous garderons encore longtemps son souvenir, avant qu'il immerge lentement sous le manteau de l'oubli.
Gérard Descoubès



10 novembre 2022

Henry Anglade est décédé jeudi soir à l'âge de 89 ans dans un hôpital de la région lyonnaise, emporté par la maladie. Né à Thionville en 1933, il avait été professionnel de 1957 à 1967 où il avait porté les couleurs des équipes Liberia, Pelforth-Sauvage et Mercier-BP. Coureur au caractère bien trempé, surnommé "Napoléon" par le peloton durant sa carrière, grand rival de Jacques Anquetil et Roger Rivière, il s'était distingué sur le Tour de France 1959 où il avait terminé deuxième derrière l'Espagnol Federico Bahamontes. En 1960, il avait porté le maillot jaune durant deux jours avant de terminer à la 8ème place à Paris. Lorrain de naissance mais Lyonnais de coeur, il avait également été Champion de France sur route à deux reprises, en 1959 et 1965. Il s'était également imposé sur le Critérium du Dauphiné en 1959.
Souffrant de troubles de la mémoire depuis quelques années et refusant de s'alimenter, Henry Anglade avait été hospitalisé au début de mois de novembre près de Lyon où il vivait.
Voir un aperçu de son palmarès

Source : L'ÉQUIPE



27 octobre 2022

Premier coureur britannique vainqueur d'une étape du Tour de France, entre Saint-Brieuc et Brest en 1958, Brian Robinson s'est éteint ce mercredi à l'âge de 91 ans.
Sans doute moins populaire que ses compatriotes Tom Simpson ou Barry Hoban, Brian Robinson a néanmoins marqué le cyclisme dans son pays en devenant le premier coureur britannique à remporter une étape sur le Tour de France en 1958 entre Saint-Brieuc et Brest avant de s'imposer une nouvelle fois quelques jours plus tard entre Annecy et Chalon-sur-Saône.
Membre de la première équipe fondée en Grande-Bretagne, HERCULES CYCLES, et médaillé de l'ordre de l'Empire britannique à la fin de sa carrière, Robinson remporta également le Critérium du Dauphiné en 1961. Le Britannique s'est éteint ce mercredi en Angleterre à quelques jours de son 92e anniversaire.
Voir un aperçu de son palmarès.
Source : L'ÉQUIPE



25 octobre 2022



Alfred RICHEUX, spécialiste Breton du cyclo-cross nous a quitté dans la discrétion le 6 avril dernier à Saint-Brieuc. Né le 7 mai 1943 à Plévenon (Côtes-d'Armor), il était dans sa 79ème année. Champion de Bretagne de cyclo-cross durant 5 années (1966, 67, 68, 69, 70... 2ème en 1965, 71, 74... 3ème en 1972) passant par la suite, le flambeau à son frère Jean-Michel (2 titres de Champion de France), il s'imposa également 4 fois (1967, 68, 69, et 70) au cyclo-cross du Mingant sur la commune de Lanarvily dans le Finistère.
Merci à Jean-Marie Letailleur.



8 octobre 2022

Le cycliste néerlandais Gerben Karstens, vainqueur d'étapes dans les trois grands tours, est décédé.
Karstens s'était également illustré aux Jeux olympiques en 1964, décrochant l'or en contre-la-montre par équipe. Gerben Karstens, vainqueur d'étapes dans les trois grands tours, est décédé à l'âge de 80 ans à Dongen (Noord-Brabant). Il était né le 14 janvier 1942 à Voorburg. Le Néerlandais était l'un des cyclistes les plus performants des années 1960 et 1970.
En 1964, il a remporté la médaille d'or aux Jeux Olympiques avec Evert Dolman, Jan Pieterse et Bart Zoet sur l'épreuve du contre-la-montre par équipe sur 100 kilomètres. Karstens a également remporté plusieurs étapes dans les trois grands tours : six dans le Tour de France, une dans le Tour d'Italie et quatorze dans le Tour d'Espagne. Le coureur néerlandais a participé 11 fois au Tour de France, et, lors de l'édition 1974, il a porté le maillot jaune pendant deux jours. Sur l'édition de 1976, il a pris la première place dans la dernière étape sur les Champs-Élysées de Paris. Il a remporté le Paris-Tours en 1965, a terminé deuxième du Tour de Lombardie en 1965, deuxième de Milan-Sanremo en 1970 et deuxième de l'Amstel Gold Race, derrière Frans Verbeeck, en 1971. Karstens avait subi un infarctus cérébral il y a quelques semaines.
Source : "Le Soir"



23 septembre 2022

A 98 ans, "Le Pignot" Francis Brizon est mort...
Son père, ancien coureur cycliste, surnommé "Le Pin" tenait avec son épouse le café restaurant du commerce à Saint-Jean-d'Illac. En l'honneur de ce père se courait le G.P Brizon, Francis dit "Le Pignot" (petit pin), vécut dès son plus jeune âge au milieu des vedettes cyclistes, qui venaient manger au restaurant. Il put ainsi rencontrer et rêver devant les Decaluwe, Noret, Magne, Speicher, R.Lapébie, Leducq, Daneels etc... En 1943, Francis monte à Paris disputer les championnats de France sur piste. Monsieur Ruinard grand patron du Vélo Club Levallois, le remarque et lui fait signer un contrat pour 1944. Il se trouve aussitôt incorporé dans la grande équipe de poursuite du VCL composée de : Baldassari-Carrara-Prévotal. Ce très rapide routier sprinter, qui avait la particularité de brûler la chape du boyau au démarrage, avait débuté par la route en s'imposant dans le 1er Pas Dunlop régional. Sur les conseils de l'ancien sprinter Lucien Faucheux, qui lui souffle qu'il y a des places à prendre sur la piste, il passe pro chez les coureurs aux maillots de soie en 1950. Pour diverses raisons il n'obtiendra jamais les résultats escomptés sur les vélodromes. Il était régulièrement dominé par ces monstres qui avaient pour nom O.Plattner, J.Derksen, R.Harris, A.Van Vliet, J.Scherrens ou L.Gérardin. Par contre, en tandem avec son ami Maurice Verdeun, il furent imbattables plusieurs saisons. Il terminera sa carrière sur le demi-fond. Il reste l'exemple type, du coureur de classe sur la route, qui a dilapidé ses qualités sur la piste. Ce redoutable sprinter à la personnalité toute en ambivalence, accompagné d'un ego qui lui taraudait le corps et l'esprit, ce mental de gagneur s'est tout simplement trompé de direction de carrière. Il aurait très certainement pu réaliser une jolie carrière sur la route, si il ne s'était pas fourvoyé dans ses choix, en écoutant le chant des sirènes qui entourait l'aura des hommes aux maillots de soie. A sa retraite cycliste, il ouvrit un magasin de cycles-vélomoteurs-tronçonneuses dans sa bonne ville de Saint-Jean-d'Illac, qui le fit citoyen d'honneur en 2015, quelques années après que son nom eut été donné à une piste cyclable. Il était beau-frère avec René Berton (leurs femmes étaient sœurs). Durant sa carrière débutée en 1941, terminée en 1956, Francis a porté les couleurs des clubs suivants : ASPTT de Bordeaux 1941 à 1943, Vélo Club Levallois 1944 à 1948, Stade Athlétique Bordelais 1949 à 1956. Né le 9 janvier 1924 à Saint-Jean-d'Illac où il est décédé ce 13 septembre 2022. Ses plus belles victoires restent sur route : champion de Guyenne sur route amateur 1942, le G.P de Tarbes 1945, Uza-les-Forges 1946, Bordeaux-Arcachon 1947, Mimizan, battant A.Darrigade au sprint, 1949, Bordeaux-Lacanau et Bordeaux-Marmande 1949. Sur piste : en tandem avec M.Verdeun il s'impose dans les G.P de : Genève, Bruxelles, Londres 1946, Casablanca, Paris, Manchester et Pattingthon 1947, Aarhus et Copenhague 1948. Il sera aussi 8ème du championnat de France de demi-fond 1951. Ce sacré personnage vient de nous quitter à l'âge respectable de 98 ans, adieu Francis.
Gérard Descoubès



21 septembre 2022



Ultime départ pour Robert VERDEUN
Cet excellent routier des années cinquante, avait dès son plus jeune âge bénéficié des fortes effluves cyclistes familiales, avec son père Marcel pistard émérite avant guerre et son frère Maurice champion du monde de vitesse amateur en 1950. Après avoir débuté sur la route, Robert se tourne assez vite vers la piste. Sélectionné pour les Jeux Olympiques de Melbourne en 1956, il doit représenter la France sur le ''KM'' et en tandem où il sera associé à M. Rousseau. Dix jours avant son départ pour l'Australie, il sera averti qu'il est trop... vieux pour les J.O, il n'a pourtant que 22 ans ! Mais la vérité se trouve ailleurs, le président de la FFC, parisien de naissance et de cœur, préfère le tandem : Gruchet-Vidal qui a toujours eu sa côte d'amour (pourtant, Verdeun-Rousseau n'avaient jamais perdu un match de toute la saison, préparation olympique comprise face à la paire parisienne). Pour Robert la déception est telle, qu'on ne le reverra plus jamais sur la piste en équipe de France. Il va devenir un des meilleurs routiers sprinters chez les indépendants. En 1961 l'ex-pro girondin Robert Desbats le présente alors à Antonin Magne, pour que ce dernier l'embauche chez Mercier. Tonin le sage lui fait aussitôt faire Paris-Nice (Poulidor était le leader de l'équipe) en lui disant ceci "je vous donne votre chance, il faut la saisir, vu, qu'il n'y en aura pas d'autre". Robert pour arriver au top pour cette grande épreuve, voulant trop bien faire, multiplie les sorties derrière derny, il arrive au départ de la grande épreuve, fatigué, malade et complètement vidé. Jamais à son avantage sur la course, il abandonnera le dernier jour à 20 km de Nice, il avait laissé passer sa chance. A. Magne ne l'engagera plus jamais dans aucune course, lui qui pensait passer pro restera indépendant. Durant sa carrière de routier Robert s'est imposé 55 fois, ses plus belles victoires restent : Bordeaux-Saintes 1959, le grand prix des vins de Gaillac en 2 étapes 1960, la 1e étape du circuit d'Aquitaine face aux pros en 1960 et plusieurs critériums pros entre 1959 et 1962. Sur piste il sera champion de France de vitesse des sociétés avec le VC 12e en 1955 et 1956, champion de France militaire de vitesse individuelle en 1955. Il représentera trois fois la France lors des joutes mondiales : Cologne 1954 (éliminé en ¼ de finale), Milan 1955 (éliminé en ¼ de finale) et Copenhague 1956 (éliminé en 1/8e de finale). En 1962 il décide d'écrire le mot fin à sa carrière, il s'installe à son compte dans la vente et la location de jeux pour débits de boissons. Il se lance alors à corps perdu dans le tennis, après quatre ans de pratique il se lasse de cette discipline et décide en 1967 de prendre à nouveau une licence de... cyclisme. Mais cette fois ci comme professionnel, car il caresse un rêve secret, devenir champion de France de vitesse pro. Tous les espoirs lui sont permis, vu qu'il réalise des meilleurs temps qu'à 22 ans. Pour son malheur, M. Rousseau a eu la même idée, c'est lui qui l'éliminera en demi-finale. Robert sera retenu pour représenter la France au mondial de vitesse d'Amsterdam, hélas éliminé en série par le Japonnais Hirama, il raccroche aussitôt, les championnats de France et du monde resteront ses deux courses officielles en pro. Il avait débuté en 1949 pour terminer en 1962, né le 11 juillet 1934 à Bordeaux il y est décédé ce 12 juillet 2022. Durant sa carrière il a porté les couleurs des clubs suivants : S.A Bordelais de 1949 à 1954, V.C. 12e Paris 1955 à 1957, S.A.B. 1958 à 1962 + 1967. Avec l'ultime départ de Robert, homme éminemment sympathique, c'est une belle figure de l'époque dorée du cyclisme Aquitain qui disparaît, nous plongeant dans une profonde tristesse, mais en nous laissant de merveilleux souvenirs.
Gérard Descoubès



27 août 2022



Fernand Delort est mort...
Ici dans notre sud-ouest, avec le décès de Fernand c'est un peu une partie de notre paradis de jeunesse qui disparait. C'est le souvenir d'un coureur ordinaire qui s'est pourtant façonné, sans que ce ne soit jamais dit, en coursier historique. Suite à un début de saison remarquable il s'impose à Saint-Léon (Bayonne), Bordeaux-Saintes et Lagorce Laguirande, 3 victoires en 15 jours chaque fois devant les pros. Encore indépendant mais sous contrat avec Rapha-Gitane, pour éviter d'avoir tous les coursiers d'Aquitaine sur son porte-bagages, il téléphone à "La Ripette" (R. Louviot) le directeur sportif pour lui dire qu'il veut passer pro. Ce dernier l'engage aussitôt pour disputer le criterium national de la route, sa carrière à l'échelon supérieur pouvait débuter sous les meilleurs auspices. Solide rouleur, passant bien les bosses et les petits cols, sa force restait sa vélocité aux arrivées. A l'amorce d'un sprint, il fallait éviter de venir frotter avec Fernand, si l'on tenait à passer la ligne sur son vélo, il n'avait peur de rien. Il possédait tout pour faire une belle carrière pro, hélas une sombre histoire de non-sélection pour la Vuelta (d'après lui, un coup fourré de Gem), alors qu'il était encore partant certain à trois jours du départ, fera du bouillonnant Fernand un retraité précoce. Une autre chose pesa lourd dans sa décision, il s'était rendu acquéreur d'un magasin de cycles qui ne lui laissait plus le temps de s'entrainer comme un pro. Il se consacrera dès 1964 à son commerce délaissant le vélo pendant douze années. Il aimait dire que son plus beau souvenir de coureur, restait quand il avait repris licence en 1977 dans le seul but de conduire les sprints victorieux à son fils Dominique (qui était à l'époque un des plus grands espoirs de France). Durant toute sa carrière il a porté les couleurs d'un seul club l'U.S. Andernos de 1951 à 1963 et 1977-1978, ses plus belles victoires restent : le championnat de Guyenne sur route 1960, Bordeaux-Saintes 1961 et 1963, les G.P de : Lagorce-Laguirande 1961 et 1962, Espéraza 1961 et 1962, La Tomate 1963, 1er de la 3ème étape du G.P d'Eibar 1961, 1er du circuit d'Aquitaine + (1ère étape), 1er de l'Etoile du Léon 1962, 1er de la 4ème étape du circuit d'Aquitaine 1963. Il fut également 3ème de Paris-Camembert, 15ème de la Flèche Wallonne 1961, 5ème des 4 jours de Dunkerque et 7ème de Paris-Tours 1962.
Fernand était né le 29 janvier 1936 à Ares où il est décédé ce 25 aout 2022. La grosse voix de notre regretté Fernand, va continuer à se promener à jamais dans les corridors de nos souvenirs.
Gérard Descoubès



25 août 2022

Champion de Belgique en 1971, il avait été tout près de remporter le Tour de France en 1968. Porteur du maillot jaune le dernier jour au départ du contre-la-montre final il allait être devancé par le Néerlandais Jan Janssen de 38 secondes, le plus faible écart de l'histoire entre les deux premiers de la Grande Boucle jusqu'en 1989.
Coureur endurant, dur au mal, bon sur tous les terrains, sauf le sprint, Van Springel allait remporter à sept reprises entre 1970 et 1981, un record, la classique Bordeaux-Paris, la plus longue du calendrier avec près de 600 kilomètres. Aujourd'hui disparue, elle se disputait en partie derrière derny. Il en gagna le surnom de "Monsieur Bordeaux-Paris".
Il a aussi inscrit un Monument à son palmarès : le Tour de Lombardie en 1968. Parmi ses 136 succès professionnels on peut encore citer Gand-Wevelgem en 1966, Paris-Tours en 1969. Il fut lauréat du Super-Prestige Pernod en 1968. Il récompensait à l'époque le meilleur coureur sur l'ensemble de l'année. Il compte aussi cinq succès d'étapes au Tour de France. Il a aussi accumulé les places d'honneur dans les grands tours : 2ème du Giro en 1971, 3ème de la Vuelta en 1970 ou encore 6ème du Tour de France en 1973 année où il remporta le maillot vert à Paris. Il ne lui a pas non manqué beaucoup pour s'adjuger des classiques. Il finit 2ème de Paris-Roubaix en 1968 et 1971, 2ème du Tour de Lombardie en 1969 et 3ème de Milan-Sanremo en 1966, de Liège-Bastogne-Liège en 1972 ou encore du Tour de Lombardie en 1973.
Il a mis fin à sa carrière, débutée en 1965, au terme de la saison 1981, année de son ultime succès dans Bordeaux-Paris à 37 ans.
Source : "La Dernère Heure".



19 août 2022

Stan Goossens est décedé le 19 aôut 2022 à Turnhout, en Belgique.
Il était coureur professionel de 1960 à 1963. Ses meilleurs résultats datent de sa période amateur. En 1958 il était 2ème au Tour de Pologne pour amateur où il gagnait 3 etapes. En 1959 il fait de même au Tour d'Autriche. Sur la Course de la Paix il terminait à la 19ème place. Il était vainqueur du Tour des Flandres pour amateurs en 1959. Aux Championnats du monde en 1959, à Zandvoort, il se classat 3èmee chez les amateurs. En 1960, il gagnait l'Elfstedenronde à Bruges et le Tour de Tunisie, incluant 6 etapes. Comme coureur professionel il était 3ème à la Flèche wallonne, mais après ça, il n'eu plus beaucoup de succès. Après 1963, il arrêtait sa carrière cycliste.
Merci à Siegfried Aneca



29 juillet 2022



Jean Bobet l'homme de Biarritz a rejoint son frère Louison...
Jean avait débuté au C.C. Rennais en 1949. Devenu champion du Monde universitaire sur route individuelle en 1949 et 1950, il passe pro en 1951. Il va y effectuer une carrière honorable. Ses premiers résultats tombent avec les victoires dans le circuit du Morbihan en 1953, Paris-Nice 1955, une 3ème place à Milan-Sanremo et une 8ème dans le Dauphiné 1955. En 1956, il s'impose dans la belle semi-classique Gênes-Nice, 5ème de la Flèche-Wallonne 1957, puis il enchainera avec les grands Tours le Giro 25ème en 1957, le Tour 14ème en 1955 et 15ème en 1957. 1958 sera son ultime saison. Au fond, le vélo n'était pas tout à fait son truc, avec ses solides bagages il possédait d'autres cordes à son arc. Il était aussi pour son bonheur et son "malheur" le frère du grand Louison (vainqueur de 3 Tours de France 1953, 1954 et 1955), le grand journaliste Antoine Blondin l'avait surnommé "le coureur au masque de frère". Après sa carrière cycliste, Maitre Jean sera tour à tour Journaliste sportif (à l'Equipe et au Monde), écrivain, homme de radio (chef de la rubrique sportive à Radio Luxembourg), de télévision en étant collaborateur de 5 Colonnes à la Une. Pour finir il épaulera son frère Louison dans la thalassothérapie de Quiberon que celui-ci venait de créer, où en quelques mois il deviendra le boss. Des années plus tard à la vente de l'établissement, la famille Bobet viendra s'installer à Biarritz où Louison ouvrira un nouveau centre de thalasso en rachetant l'hôtel Miramar dont Jean sera directeur. Il était né le 22 février 1930 à Saint-Méen-le-Grand, il vient de décéder ce 29 juillet 2022 à Rennes à l'âge respectable de 92 ans.

Maitre Jean est mort...
Je l'ai toujours appelé Maitre Jean, par respect de l'homme qu'il était, je n'ai jamais pu le tutoyer, cause, le décalage horaire qui existait entre nous (17 ans), mais surtout l'aura grandiose qui enveloppait ce Monsieur hors norme. Une prestance naturelle qui n'avait d'égale que ses connaissances immenses. Comment ne pas garder une certaine fierté, d'avoir sur votre demande, réalisé des papiers de dernière minute, sur un coursier de ma région, pour boucler "Vélo-Star". J'en étais à la fois flatté et honoré, venant d'un monsieur tel que vous. Comment oublier, la spontanéité avec laquelle vous aviez accepté de faire la préface de mon second ouvrage. Lors de ma demande auprès de vous, je me souviens, vous aviez juste émis un bémol avec un sourire narquois "oui, mais il faudra m'en faire la demande six mois avant en passant par mon attaché de presse, comme Armstrong pour ses interviews" et de rajouter tout aussitôt "aucun problème Gérard ce sera avec grand plaisir". Aujourd'hui mon cher Maitre Jean j'ai beaucoup de peine, mais, sachez que votre souvenir accompagnera le restant de mes jours. Merci pour ces beaux moments souvenirs, vécus grâce à vous.

Gérard Descoubès



20 juillet 2022

Le Français Bernard Labourdette, qui fut coéquipier de Luis Ocaña chez BIC, et qui remporta une étape du Tour de France 1971, est décédé aujourd'hui dans son village. Il était né le 13 août 1946 à Lurbe-Saint-Christau. Il roula également pour Bernard Thévenet ou Raymond Poulidor. Au compteur de sa carrière, huit Tours de France, entre 1969 et 1976, et quatre Tours d'Espagne, entre 1970 et 1973, ainsi qu'une victoire d'étape à Gourette lors du fameux Tour de France 1971 où son leader et ami Ocaña tomba dans la descente du col de Menté et abandonna.
Source : Sud-Ouest



20 juin 2022



Marie-Rose Gaillard, ancienne Championne du Monde sur route en 1962, est décedée samedi 18 juin. Elle était l'une des pionnières du cyclisme feminin en Belgique, mais surtout en Wallonie. Avec Yvonne Reynders et Nicole Van den Broeck elle est seulement l'une des trois femmes belges qui sont devenues Championne du Monde sur la route. Elle était également devenue Championne de Belgique en 1966. Après sa carrière elle resta dans la monde du cyclisme. Elle est l'une des fondatrices du Vélo-Club Ourthe-Amblève. Le Champion belge Philippe Gilbert est le coureur le plus connu qui a débuté dans ce club.

Siegfried Aneca
Museum van de Wielersport - Toerisme Roeselare



6 mai 2022

L'ancien coureur néerlandais, Harm OTTENBROS, est décédé le 5 mai 2022, à l'âge de 78 ans.
Ottenbros avait été professionnel de 1967 à 1976. Il compte plus d'une trentaine de victoire à son palmarès (par exemple des étapes sur le Tour du Luxembourg, le Tour de Belgique, le Tour de Suisse...). Son exploit majeur durant sa carrière restera évidemment son titre de Champion du monde acquis, à la surprise générale, en 1969 sur le circuit de Zolder.
Ottenbros avait également participé à 3 Tours de France (1968, 1969 et 1970) ainsi qu'à 1 Giro (1967).



29 mars 2022

L'ancien coureur Pol Mahieu est décedé le 26 mars 2022 à l'âge de 77 ans. Il était né le 24 juillet 1944 à Ledegem dans la province de la Flandre Occidentale en Belgique. Il a toujours habité cette localité. Jeune coureur, Pol a participé à la Course de la Paix en Europe de l'Est en 1967. Il a remporté l'Omloop Het Volk pour amateurs la même année. En mars 1968, il fait le pas vers le cyclisme professionnel sous les couleurs de l'équipe Flandria. Dans sa prémiere année il gagne la course de Bracquegnies. En 1969, il était au départ du Tour de France qu'il ne terminera pas. Il a remporté le Tour de Quatre-Cantons en Suisse. Il excelle dans les courses de kermesse en Flandre. Il remporte en 1970 entre autres le Prix du Jeudi Saint à Bellegem (Courtrai) et l'Omloop der Grensstreek dans sa propre commune de Ledegem. Après 3 ans chez Flandria, il passe à Watney-Avia en 1971. L'année suivante, chez Novy-Dubble Bubble où sa carrière s'achève après 5 ans de professionnalisme. Il laisse une femme, un fils et deux petit-enfants.

Merci Siegfried Aneca.



18 février 2022

André Messelis était né à 17 février 1931 à Ledegem. Il avait déménagé à Hooglede à 1962 où il a habité pour le restant de sa vie. Il a été coureur de 1955 à 1969. Il était toujours actif pour des équipes belges. Ses meilleurs succès ont été obtenus avec l'équipe Groene Leeuw. En 1962 il gagne des grandes courses (de kermesse) comme le G.P E3 Harelbeke (une course héroïque par mauvais temps), la Koolskamp Koerse (Championnat de Flandres) et le Grote Prijs der Tabaksstad Wervik (Grand Prix de la ville du tabac, Wervik).
Il a aussi participé au Tour de France (4 départs, 3 arrivées) et le Tour d'Espagne (2 fois) où il a porté la maillot jaune quelques jours en 1961. Il a également remporté quelques course de cyclo-cross.
André Messelis était le père d'Ivan Messelis qui était coureur de cyclo-cross chez les amateurs. Sa petite-fille Charlotte, est l'amie de Johan Jacobs, coureur suisse-belge de Movistar.
André est décédé le 17 février 2022à Kortemark, le jour de son anniversaire.

Merci à Siegfried Aneca - KOERS - Musée du Cyclisme - Roulers (Belgique)



11 janvier 2022



Bonjour,
Je vous envoie ce message pour vous dire que M. Dirk Vermeersch est décédé le samedi 8 janvier 2022 à Koekelare (Belgique). Il était actif comme jeune cycliste au Vélo Club Duinensprinters Breduinia à Bredene. En 1978, il remporte 17 victoires. Il finira également 3ème du Tour des Flandres pour espoirs. En 1979 il devient cycliste professionnel, mais après deux années, sa carrière cycliste était derrière lui. Il choisira le métier de peintre, comme son père. Son fils Jurgen deviendra coureur professionnel, et en 2004 il sera même Champion de Belgique pour Elites sans contrat.
Merci à Siegfried Aneca - KOERS - Musée du Cyclisme - Roulers (Belgique)



6 janvier 2022



Un grand du Midi-Pyrénées disparaît...
Véritable bombe ambulante tellement il était explosif dans les sprints en bosses, ce joli coursier, de taille moyenne, au profil harmonieux en machine avait signé sa première licence F.F.C. en 1952. Il devient très vite l'un des meilleurs indépendants de France, il va très tôt se mesurer aux pros, pour finir par passer chez eux en 1961 mais ses plus belles années s'étaient évaporées. Alors qu'auparavant il traitait d'égal à égal avec eux, une fois dans la reine des catégories il n'eut plus jamais le même rendement, dès l'année suivante il se faisait reclasser indépendant. Plus que son ratage chez les pros, sa grosse déception restait, son échec dans le championnat de France sur route des indépendants à Annemasse en 1960. Lui, la petite bombe nerveuse au finish explosif dans les arrivées en bosses, se voyait déjà champion à quelques encablures de l'arrivée, mais il sera devancé par le charentais Claude Vallée et l'alpin J.P. Arnaud, la déception sera à la hauteur de la croyance du moment. Après le cyclisme il rentrera chez Motorola, comme rectifieur de précision où il finira chef d'atelier. Elie était né le 12 avril 1933 à Toulouse, il est décédé le 28 décembre 2021. Il avait débuté en F.S.G.T (1950 à 1951), passé pro en 1961 il cessera la compétition courant 1962 suite à une grave chute. Durant sa carrière il a porté les couleurs des clubs de : A.S. Police Toulouse 1952, Blagnac Sporting Club 1953, V.C. Montastruc 1954 à 1955, V.C. Montauban 1956 à 1957, V.C. Montastruc 1958 à 1961 et G.St-Cyprien-Toulouse 1962, dans le même temps il honora les marques de : France-Sport 1952, Marcaillou 1953, Peugeot 1954 à 1955, Alcyon 1956 à 1957, et Peugeot à nouveau de 1958 à 1962. Il s'est imposé au moins une fois dans toutes les plus grandes courses du Midi-Pyrénées, s'est classé 6ème du championnat de France sur route amateur 1952 (1er : J. Anquetil), 5ème du Midi-Libre 1955, 3ème du championnat de France indépendant 1960, il fut champion des Pyrénées sur route en 1959, hors Pyrénées il décrocha le Tour de Corrèze 1960, les Boucles du Bas-Limousin1956 etc.
Avec le départ d'Elie, c'est l'éclat d'une existence passée à aimer le cyclisme et la vie passionnément qui disparaît à tout jamais.
Gérard Descoubès



6 janvier 2022



Anatole Novak était né le 12 février 1937 à La Mure. Il est décédé le 4 janvier 2022 à Pierre-Châtel (Isère). Professionnel de 1959 à 1972, son surnom dans le peloton était "le géant de la Mure". Il a participé à dix Tours de France de 1961 à 1970. Il a remporté la 4ème étape du Tour de France 1961, allant de Charleroi à Metz. Il a été le coéquipier de Jacques Anquetil, Lucien Aimar, Roger Pingeon et Luis Ocaña. Il a participé à 7 Vueltas, 3 Giros et 10 Tours de France. Il a, entre autre, gagné :
- le Championnat de France des indépendants en 1956.
- des étapes sur le Tour de l'Aude, le Critérium du Dauphiné, le Tour du Nord, le G.P de Fourmies (alors course par étapes), Paris-Nice, le Tour de l'Oise, le Tour de Catalogne.
- Paris-Luxembourg en 1966.
- le Tour de l'Hérault en 1965 et les Boucles de la Seine en 1967.
Mais ses deux principaux faits d'arme resteront à jamais ses victoires sur la 10ème étape de la Vuelta en 1970 et surtout, la 4ème étape du Tour en 1961.



Fichier mis à jour le : 15/11/2022 à 16:29

   Dernières news

Toutes les infos


Soutien à MdC
Vous aimez Mémoire du cyclisme et vous souhaitez que ce site continue ? Merci.


Hauts-de-France










 
A propos du site        Légal        Contacts        Association loi 1901
 
© 1997/2022 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126